Le mystère « reste entier » autour du meurtre d’une étudiante marocaine à Toulouse

Les premiers éléments de l’enquête, confiée à la sûreté départementale, ont pu confirmer qu’il n’y avait pas eu de traces d’effraction et que la porte (du logement loué par l’étudiante) était verrouillée, souligne le journal, faisant remarquer que les clés du logement n’ont toutefois pas été retrouvées.

Les policiers ont déjà entendu de nombreux proches de la victime et aucune personne n’a été placée en garde à vue, fait-il savoir.

Selon les premières constatations, ajoute-il, la victime connaissait vraisemblablement son agresseur.

Agée de 21 ans, Meryem Dehbi, tuée à coups de couteau, préparait un diplôme afin d’intégrer une école d’experts-comptables. Son corps a été retrouvé le soir du Jour de l’An par les pompiers alertés par une proche de la victime, inquiète d’être sans nouvelle d’elle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *