Le nouveau look du soufi moderne

Il est historien et une des personnes ayant soutenu l’une des thèses les plus importantes sur le Maroc du XIX ème siècle, sous la direction de Germain Ayache. Son passage, en tant que directeur de la bibliothèque de Rabat, lui a donné une réputation de bon gestionnaire. Son appartenance à la Zaouia Boutchichia, dirigée par Cheikh Hamza, n’affecte en rien sa réputation d’homme de sciences, de littérature et de poésie raffinée, dans le sens large du terme.
Ahmed Toufiq, que SM le Roi a nommé ministre des Habous et des Affaires islamiques, est né le 22 juin 1943 à Marigha (Haut Atlas). Il a poursuivi ses études primaires et secondaires à Marrakech et a obtenu, en 1968, une licence es-lettres (option Histoire) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat. M. Toufiq est également titulaire d’un Certificat d’archéologie et d’un diplôme de 3ème cycle soutenu à la Faculté des lettres de Rabat. M. Toufiq a été vice-doyen de la Faculté des lettres de Rabat (1976 à 1978) où il est professeur d’Histoire. Il a été ensuite nommé directeur de l’Institut des Etudes Africaines (1989-95), puis directeur de la Bibliothèque Générale (depuis 1995). Il est l’auteur de nombreuses études et communications sur l’histoire du Maroc. Parmi ces études, l’on peut citer notamment sa thèse magistrale sur « La société marocaine au XIX siècle -Inoultane 1850-1912 », soutenue en 1974 et publiée en 1984.
Une thèse qui constitue l’une des fiertés du Maroc moderne comme le confirme l’anthropologue américain Dale Eickelman, auteur d’un livre sur l’Islam politique au Maroc. M. Taoufiq a également publié d’autres études, notamment sur «Islam et développement» «Les juifs de Demnat» et «Le Maroc et l’Afrique Occidentale à travers les âges».
Il a également entrepris plusieurs activités scientifiques et collaboré à la rédaction de l’encyclopédie du Maroc (dictionnaire alphabétique des connaissances concernant le passé et le présent du Maroc). M. Toufiq était membre du Comité de Rédaction de «la revue de la Faculté des Lettres de Rabat » et de l’annuaire bibliographique « Le livre marocai », publié par l’Association des auteurs marocains pour la publication. Etant un des grands intellectuels du Maroc actuel, Ahmed Toufiq s’est distingué non seulement comme l’un des fondateurs de l’historiographie et de l’histoire sociale du Maroc moderne mais, également, en tant que romancier s’intéressant aux questions relevant de l’imaginaire, comme c’est le cas avec « Jarat Abi Mussa » (les voisines d’Abi Mussa- 1997), « Assayl » (le torrent- 1998) ou « l’arbre et la lune ».
Lors de son passage à la direction de la Bibliothèque nationale de Rabat, il s’est distingué, une fois encore, par son travail minutieux et l’ouverture de son esprit. La bibliothèque, ses membres et ses visiteurs lui sont énormément redevables. Deux choses méritent au moins d’être signalées, à cet effet:. D’abord la réorganisation, sur des bases modernes, notamment à travers le traitement des manuscrits et leur rénovation, et l’informatisation de ses services, comme c’est le cas pour la création de CD-ROM consacrés aux auteurs et écrivains marocains, d’une part, et au journal Essaada, qui avait publié en son temps le projet de la Constitution de 1908. Au moment où il a été nommé à la tête du ministère des Habous et des affaires islamiques, il occupait les postes de directeurs de la Bibliothèque nationale de Rabat et de la Fondation du roi Abdulaziz Al-Saoud de Casablanca.
Sur le plan mystique, il fait partie des rares maîtres du soufisme marocain. Depuis belle lurette, il ne se considère plus comme disciple de la Zaouia Boutchichia. Il est un de ses maîtres. Un maître ouvert à la science et aux temps modernes.
Bref, seuls ceux qui ne le connaissent pas ont été surpris par sa nomination en tant que ministre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *