Le Premier ministre annonce une aide directe de près de 500 DH par mois aux familles démunies

Le Premier ministre annonce une aide directe de près de 500 DH par mois aux familles démunies

Le Premier ministre Abbas El Fassi est en bonne santé. Si, depuis quelques semaines, l’opinion publique s’interrogeait sur l’état de santé du Premier ministre, suite à des informations parues dans les médias indiquant qu’il serait « souffrant », les représentants de la presse nationale ont constaté que le chef du gouvernement affiche une bonne mine. Intervenant, lundi 30 juin, devant un parterre de journalistes, il a dressé, durant près de trois heures, le bilan de la première année d’exercice de son gouvernement.
« Le gouvernement que je dirige a deux spécificités par rapport à ceux qui l’ont précédé : il a été nommé dans le cadre de la volonté royale de consacrer la méthodologie démocratique, il est né d’un processus électoral normal et transparent », a-t-il rappelé au début de son intervention. Des élections transparentes certes, avoue le Premier ministre, mais qui ont connu un taux d’abstention très élevé. Mais, le chef du gouvernement se dit optimiste quant à l’affluence des électeurs lors des prochains scrutins. « En décidant de consacrer le principe démocratique de la nomination du leader du parti ayant remporté la première place aux élections, au poste de Premier ministre est un signal fort du Souverain qui contribuera certainement à l’augmentation du taux de participation », a-t-il dit avant d’expliquer que « les électeurs sauront dorénavant que le parti pour lequel ils voteront sera chargé de former le gouvernement ».
Mais, le gouvernement, pour M. El Fassi, est, d’abord, une institution au service des trois fondamentaux de la nation marocaine : l’Islam modéré qui est adopté et pratiqué depuis 12 siècles, la monarchie qui unit et fédère toutes les composantes du peuple marocain et, enfin, l’intégrité et l’unité du territoire marocain. « Le Trône est le seul capable d’unir et d’unifier tous les Marocains, du Nord au Sud. Feus les Souverains Mohammed V et Hassan II ont, respectivement libéré et unifié le pays et SM le Roi Mohammed VI est, incontestablement, le Roi des grandes réformes, audacieuses et courageuses, à la fois politiques et économiques », indique le leader istiqlalien.
S’agissant du travail du gouvernement, le Premier ministre estime que les informations sur l’existence de différends entre les composantes de la majorité ne sont que des rumeurs. «Le gouvernement fonctionne d’une manière harmonieuse et nos réunions se passent dans un cadre marqué par un débat rigoureux et constructif mais, dans l’entente et l’esprit d’équipe», affirme le Premier ministre.
Cette entente se traduit, selon le chef de la primature par des mesures concertées, minutieusement préparées et largement débattues pour faire face aux développements que connaît la scène économique mondiale. «Le Maroc résiste bien aux aléas économiques mondiaux car son économie est solide», affirme M. El Fassi avant de révéler que le gouvernement prépare une stratégie de réforme de la Caisse de compensation pour en faire un outil de soutien réel aux couches les plus démunies. « Quand on subventionne le carburant, ce ne sont pas uniquement les couches défavorisées qui en profitent. Cette situation ne doit plus continuer telle qu’elle est et c’est pour cela que le ministre chargé des Affaires économiques et générales a préparé un avant-projet qui sera bientôt adopté en Conseil de gouvernement, et qui consiste à limiter l’intervention de la Caisse de compensation à un plafond de 20 milliards de dirhams. Mais, nous allons accorder – et c’est une première – des aides financières mensuelles directement aux familles démunies », a-t-il annoncé. Le montant de cette aide est toujours en cours d’étude, mais Nizar Baraka, révèlera qu’il sera autour de 500 DH. La seule condition pour en bénéficier, précise néanmoins le chef du gouvernement, est que lesdites familles s’engagent à scolariser leurs enfants.
Pour le reste des dossiers prioritaires du gouvernement, M. El Fassi a réitéré l’engagement du gouvernement à poursuivre la politique de développement régional et de mise à niveau des infrastructures. « Nous allons maintenir, sinon accélérer, le rythme de mise à niveau des infrastructures, c’est primordial », promet le chef du gouvernement au terme de son intervention.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *