Le travail régulier de la CII dans le développement économique

A l’instant où les représentants de la nation se lancent dans l’exercice fiévreux de la séance des questions orales relatives à l’adoption de la Loi de Finances 2002, les membres de la commission interministérielle des investissements mettent en branle la machine des projets et des conventions d’investissements. C’est toujours avec le dessein d’une relance de l’entreprenariat que s’est tenue la 22 ème session de la Commission interministé-rielle des investissements, quatre projets ont été abordés, dont deux ayant trait au tourisme. Les 3 autres projets se sont intéressés au secteur des technologies de l’information et de la communication. L’investissement global se monte à 1 276 millions de DHS, qui débouchera sur la création de 3 480 emplois. Ladite commission ne se contente pas de mettre sur papier les conventions de projets, elle veille également à leur mise en exécution. Pour cela, elle a chargé le comité technique, relevant de son autorité d’étudier les options de leur aboutissement. Par ailleurs, durant cette même session, elle a remis à l’ordre du jour, le projet d’exploitation industrielle de la nappe d’Alfa, située dans l’Oriental. Cette cellule a principalement pour mission de suivre l’évolution du projet. Et surtout, elle reste tenue de poursuivre les négociations avec les promoteurs. Objectif : concrétisation effective du projet. Ainsi, depuis sa création, et en date du 27 novembre de cette année, la Commission interministérielle des Investiss-ements aurait approuvé, 165 dossiers et conventions d’investissement, pour un montant de 66 611 millions de DHS. Ce qui peut se traduire en termes d’emplois à près de 73 204 postes. Déjà au mois d’octobre 2001, cette entité se serait penchée et donnée son aval pour l’exécution de 154 traitements de dossiers. L’ensemble se chiffrait à une somme de plus de 6,3 milliards de DH. Au niveau de l’impact sur la résorption du chômage, ce sont près de 66 706 postes dont vont bénéficier les prétendants à l’emploi. Plusieurs projets d’investissement se sont principalement consacrés aux zones estimées de première urgence. Deux programmes dont le coût global d’investissement se situe dans la manne des 4,2 milliards de DHS. Selon les prévisions, les emplois directs permettront de trouver des postes pour 6000 postulants à l’emploi. Le premier programme porte sur l’habitat social dans la région de Casablanca. Auquel un montant de 2,23 milliards de DH est prévu. Quant au second, il est destiné à la promotion des activités économiques dans la région Nord. Lequel projet nécessite un budget de 17 millions de DHS. Dans l’état actuel des choses, la commission a approuvé le principe de réalisation de ces deux projets devant permettre la création d’environ 4000 emplois directs et a mis en place des mesures adéquates pour leur concrétisation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *