Le warning du CESE :

Le warning du CESE :

Dans leur dernier rapport, les responsables du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ont tiré la sonnette d’alarme sur la situation économique du pays. Il semble que la récession qui sévit actuellement chez plusieurs partenaires européens du Maroc ainsi que la conjoncture internationale d’une manière générale ont rendu les choses encore plus compliquées.

Selon la note de présentation du rapport du CESE, l’année 2012 a été marquée sur le plan économique par la récession au sein des principaux pays de la zone euro, le maintien à un niveau élevé des cours des produits énergétiques et une faible pluviométrie au niveau national.

Tous ces éléments ont contribué sérieusement au ralentissement de la croissance de l’économie nationale au cours de cette année. La création d’emploi a également enregistré une baisse. Mais ce n’est pas tout. Selon les responsables du Conseil, ces facteurs ont considérablement affecté les équilibres budgétaires et ceux des comptes extérieurs, entraînant une augmentation de l’endettement du Trésor et une réduction des réserves de change, explique le document.

Le CESE n’y va d’ailleurs pas par quatre chemins. Les niveaux atteints sont difficilement soutenables et recommandent de facto de prendre rapidement les mesures nécessaires pour réduire les déficits et restaurer une marge de manœuvre en faveur des politiques de développement économique et social.

Par ailleurs, le Conseil a appelé à une réforme des mécanismes de régulation de l’économie et de la solidarité, notamment en ce qui concerne la fiscalité, la protection sociale et le dispositif de subvention des prix. Sur ce plan également, le rapport évoque l’urgence de mettre en œuvre une réforme concertée de la compensation, pour permettre l’évolution du système vers un dispositif alternatif. De même, le Conseil considère que d’importants gains en termes d’efficacité et de convergence des politiques publiques peuvent être réalisés en adoptant une approche territorialisée qui implique les citoyens. Il importe, dans ce cadre, de donner aux régions une gouvernance adéquate, simplifiée et lisible, tout en initiant un processus effectif de déconcentration.

Sur le plan social et partant du contexte actuel d’exacerbation de la concurrence internationale et d’augmentation des attentes sociales, le CESE recommande aux différentes composantes de la société de privilégier le dialogue et la concertation au service de l’intérêt national et agir pour la mise en œuvre rapide des actions arrêtées. Concrètement, le Conseil propose que les relations entre les partenaires sociaux s’inscrivent dans le cadre de grands contrats sociaux et préconise l’organisation d’Assises nationales sociales en vue de créer les conditions de dialogue et de convergence autour de l’élaboration de ces contrats.

Cependant, le rapport du Conseil économique, social et environnemental contient également une note optimiste en soulignant que les mutations internationales tout en imposant des contraintes peuvent comporter des opportunités. Il convient pour cela de s’appuyer sur les stratégies sectorielles, dont la gouvernance devrait être optimisée, pour améliorer l’offre exportable et conquérir de nouveaux marchés. Il propose, en outre, de s’appuyer sur la commande publique et les mécanismes de compensation industrielle et d’encouragement de la préférence nationale, pour soutenir le tissu productif, notamment les petites et moyennes entreprises.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *