L’économie marocaine conforte ses acquis

L’économie marocaine conforte ses acquis

L’économie marocaine était marquée, pendant l’année 2006, par une amélioration de la situation macroéconomique avec un renforcement net de la confiance du secteur privé. En effet, après un ralentissement de la croissance économique en 2005 à cause des mauvaises conditions atmosphériques, l’économie marocaine a enregistré une reprise de son activité en 2006, grâce notamment à une très bonne récolte et au bon comportement des secteurs des services et du bâtiment. Le solde extérieur devrait bien enregistrer son sixième excédent consécutif. L’économie marocaine a, par ailleurs, pu enregistrer un niveau élevé de ses recettes touristiques en 2006. Même remarque concernant les envois de fonds des Marocains résidants à l’étranger (MRE). Ces deux dernières performances devront bien compenser la hausse de la facture énergétique et les difficultés rencontrées par le secteur du textile. Les réserves extérieures ont pu donc atteindre plus de 18 milliards de dollars. Concernant la situation des finances publiques, les recettes ordinaires se sont élevées à 122,7 milliards DH au terme des dix premiers mois de l’année 2006. Elles ont ainsi enregistré une augmentation de 9% en comparaison avec leur niveau à la même période de l’année précédente. Cette hausse a résulté principalement de la nette amélioration du produit de l’impôt sur les sociétés (IS) et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). En regard, les dépenses courantes, chiffrées à 99,6 milliards, sont restées à leur niveau d’il y a un an. Cette stabilité recouvre, d’une part, une baisse de 5,2% des dépenses de fonctionnement et, d’autre part, une hausse de 6% des charges en intérêts de la dette et de 42,8% de celles relatives à la compensation. Ainsi, le solde ordinaire s’est élevé à 23 milliards DH au lieu de 12,8 milliards et a pu couvrir les dépenses d’équipement qui ont atteint un montant de 18,2 milliards DH, soit un hausse de 18,4% par rapport à l’année dernière. Le budget général a pu dégager un excédent de 211 millions DH. Ceci compte tenu du solde négatif des Comptes spéciaux de Trésor de 4,7 milliards DH. On signale que les sorties nettes de capitaux au titre de la dette extérieure, d’un montant de 647 millions DH, ont été couvertes par des ressources mobilisées sur le marché intérieur.
Toutefois, la balance commerciale a dégagé un déficit de 78,47 milliards DH pendant les dix premiers mois de l’année 2006. Le déficit s’est donc aggravé de 6,8%, mais ce pourcentage reste moins fort que celui observé à l’issue de la même période de 2005 (27,3%). Quant au taux de couverture, il s’est établi à 53,3% au lieu de 51,9% une année auparavant. En effet, les importations ont atteint 167,9 milliards DH en progression de 10%. Cette évolution est imputable tant à l’accroissement de 13,2% de la facture énergétique, portée à 37,1 milliards DH, qu’à la hausse de 9,1% des autres acquisitions, essentiellement les demi-produits (+16,1%), les biens d’équipement (+11,5%) et les biens de consommation (+5,7%). Parallèlement, les exportations, chiffrées à 89,4 milliards DH, se sont accrues de 13%, grâce à l’augmentation de 20,3% des ventes des phosphates et dérivés qui ont rapporté près de 15 milliards de DH et à la reprise de 17,8% des livraisons de vêtements confectionnés. En revanche, les ventes de fils et câbles pour l’électricité et les envois d’agrumes ont régressé respectivement de 23,7 et de 18,2%.
Les recettes de voyages et les transferts effectués par les MRE ont progressé, à fin octobre 2006, respectivement de 23,9% et de 14,7%  pour atteindre 43,3 milliards et 39,1 milliards DH. Pour leur part, les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers se sont chiffrées à 21,7 milliards DH et les dépenses correspondantes se sont établies à 12,5 milliards DH.
Par ailleurs, au cours des onze premiers mois de l’année 2006, l’indice du coût de la vie s’est accru de 3,3% au lieu de 0,9% durant la même période de l’année 2005.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *