Législatives 2007 : Plainte en justice contre Abdelbari Zemzmi

Législatives 2007 : Plainte en justice contre Abdelbari Zemzmi

Une plainte a été déposée, vendredi dernier, auprès du Procureur général près la Cour d’appel de Casablanca, à l’encontre de Abdelbari Zemzmi par le Centre marocain pour la démocratie des élections que dirige Moulay Ahmed Douraïdi. Selon la plainte de cette ONG, Abdelbari Zemzmi, candidat à Casablanca-Anfa du parti Annahda Wal Fadila (Renaissance et Vertu) de Mohamed Khalidi, aurait remis en cause la foi des autres partis politiques marocains lors d’un meeting tenu il y a près de deux semaines dans la capitale économique.
Pour le Centre marocain pour la démocratie des élections, les propos tenus par Abdelbari Zemzmi, mais aussi de Abdelali Fouddi, autre dirigeant du PRV, s’apparentent à une «excommunication claire» des autres formations politiques et à une manifestation de haine à l’égard des militants de cette dernière. Ces partis, selon la même ONG, étaient accusés par les deux leaders du PRV d’user de la politique «pour combattre la religion». Selon les propos attribués aux deux leaders du PRV, fruit d’une scission au sein du PJD, les partis politiques «assument la responsabilité de la détérioration de la situation politique, sociale et économique». Dans sa plainte, le Centre marocain pour la démocratie des élections affirme se baser sur un compte rendu fait du meeting présidé par Abdelbari Zemzmi par un quotidien arabophone de la place. Contacté par ALM, Abdelbari Zemzmi a nié s’être attaqué aux autres partis politiques sous quelque forme que ce soit. «Ce qui a été rapporté du meeting que nous avons organisé au cinéma Al Kawakib est un pur tissu de mensonges», affirme le célèbre alem. Ce dernier ajoute que le Centre marocain pour la démocratie des élections «aurait dû écouter toutes les parties et recouper ce qui a été rapporté avant de prendre une décision». Or, à l’en croire, «Le Centre marocain pour la démocratie des élections n’a pas pris la peine de nous contacter pour écouter notre version», ajoute M. Zemzmi qui affirme que son intervention était axée autour de la nécessité, voire l’obligation, pour les Ouléma d’accéder au Parlement pour exprimer leurs points de vue. «Je me rappelle que Abdelali Fouddi ne s’est nullement attaqué aux autres partis», explique Abdelbari Zemzmi qui met la plainte introduite contre lui sur le compte de la campagne électorale dans une ville où la concurrence fait rage.
Abdelbari Zemzmi fait partie d’un groupe d’hommes de religion qui se sont engagés dans la course au Parlement. Réputé pour être proche du PJD (Parti de la justice et du développement) et pour notamment avoir soutenu le député Rachid Mdouer lors du précédent scrutin, Abdelbari Zemzmi a choisi de se présenter aux prochaines élections sous les couleurs du Parti Annahda Wal Fadila. Candidat à la circonscription de Casablanca-Anfa (4 sièges), il conduit la liste du PRV face à la candidate istiqlalienne Yasmina Baddou, l’USFP Mohamed Mustapha Ibrahimi et le FC Abderrahim Lahjouji. Si ce dernier est officiellement soutenu par la hiérarchie du parti de Saâd Eddine El Othmani, une bonne partie des bases du PJD dans la circonscription d’Anfa se sont rebellées contre cette décision et apporte un soutien à peine voilé à Abdelbari Zemzmi. D’ailleurs, ce dernier devait lancer, hier lundi, sa campagne électorale par une marche à partir de la mosquée de Bousmara, juste après la prière d’Al Maghrib.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *