Les 2/3 des Marocains ont une image négative du gouvernement

Perception très négative du bilan du gouvernement Youssoufi. Les deux tiers des sondés ont exprimé leur insatisfaction relative ou absolue. Une batterie de questions leur ont été posées., axées pour la plupart sur des domaines qui touchent directement au quotidien des citoyens. Avis aux amateurs des discours sur le changement : du chômage, à la lutte contre la corruption à l’amélioration des services de santé ou la généralisation de l’enseignement en passant par le développement du logement économique, les taux de contre-performance de l’Exécutif atteint des sommet. Ils sont 86,5% à être peu ou pas du satisfaits de l’action gouvernementale en matière de lutte contre le chômage et la pauvreté. Près de 82% ne sont satisfaits de l’Exécutif dans la bataille contre la corruption et le détournements de fonds publics. Les services de santé, eux, rencontrent 79% d’insatisfaits tandis qu’un peu plus de 67% semblent ne pas croire à la politique en faveur de la généralisation de l’enseignement. Le développement du logement économique est lui aussi fustigé. Plus de 67% n’y croient pas. Le volet économique n’est pas en reste. Et à la lecture des résultats, l’heure n’est plus à la morosité économique mais à l’inquiétude si l’on sait qu’un peu plus de 60% déclarent être peu ou pas du tout satisfaits des prestations gouvernementales en matière de promotion des investissements et de la croissance. Le gouvernement youssoufi a déçu et sa capacité de rendement et de changement est clairement expliqué par l’échantillon sondé. Pour 33,6% d’entre eux, l’exécutif « manque de dirigeants vraiment qualifiés et efficaces ». Le gouvernement d’alternance reproduit les méthodes que les exécutifs précédents. Ils sont un peu plus de 28% à penser. Et 25,3% estiment que le cabinet Youssoufi manque d’homogénéité et de cohésion. Quant aux célèbres proches de résistance, pour reprendre une expression célèbre du premier ministre, elles n’ont pas du tout frappé la conscience collective. Ils ne sont que 18% à expliquer l’échec du gouvernement par la présence de ministres opposés au changement. Petite satisfaction, Youssoufi et les membres du gouvernement peuvent toujours reprendre à leur compte l’un des résultats de ce sondage et 31 2% affirment qu’à sa décharge l’Exécutif doit traiter trop de problèmes à la fois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *