Les choix du Roi

Le nouveau concept de l’autorité, prônée par S.M. le Roi dès son accession Trône en juillet 1999, a bouleversé les mentalités et bousculé les habitudes.
Dans une volonté de rupture avec les pratiques du passé faites de lourdeurs administratives et par conséquent d’absence d’efficacité, le souverain a appelé à une approche novatrice aussi bien dans le traitement des problèmes des citoyens que dans la manière de gérer les affaires de la cité. Les effets de ce nouveau concept, même s’ils ne sont pas lissés sur l’ensemble du territoire, ont commencé à se faire sentir. S’il est vrai que ceux qui étaient habitués à une certaine façon de faire furent désorientés ne sachant quel contenu donner au concept en question, il n’en reste pas moins qu’il fallait responsabiliser des hommes nouveaux à même de porter très haut l’étendard du changement voulu par S.M. le Roi.
Le souverain ne tardera pas à tracer la voie à suivre en nommant des walis à la tête des régions. Des profils pointus issus pour la plupart de la haute administration et réputés pour leurs capacités de gestion auxquels S.M. le Roi a confié une mission précise : la gestion de l’administration du territoire sur le plan économique après qu’elle eut été longtemps soumise à des réflexes sécuritaires. En un mot, la vision royale correspond à une nouvelle méthodologie de l’organisation de l’espace qui prenne en compte le souci économique en termes d’investissements et de projets importants: la clé de voûte de la création des emplois et de la richesse et partant de l’amorce d’une véritable croissance.
La nomination à la tête du ministère de l’Intérieur d’un homme d’affaires accompli, Driss Jettou en l’occurrence, est venue pour confirmer les choix du roi.
Homme simple et pétri de bon sens, apprécié pour ses talents de médiateur, M. Jettou a désormais comme interlocuteurs sur le terrain des responsables à son image, qui ne s’embarrassent pas d’attitudes guindées ou de vieux réflexes pour jouer le rôle qui leur est assigné. L’installation prochaine des centres régionaux d’investissement (CRI) complètera ce nouvel édifice institutionnel qui se veut volontariste et ambitieux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *