Les dessous du métier d’enseignant

Les dessous du métier d’enseignant

8.884 enseignants recrutés au titre de l’année 2011-2012
Selon Mohamed El Ouafa, quelque 8.884 enseignants ont été recrutés au titre de l’année 2011-2012. S’agissant du manque de professeurs , le ministre avait indiqué que ce recrutement se répartit entre les lauréats des Centres de formation (2.429), des Centres régionaux de formation (1.861) et des Ecoles normales supérieures (1.734). Le ministre a souligné  que le recrutement a concerné également les animateurs de l’éducation non formelle qui s’étaient chargés de l’enseignement (1553), l’intégration des recalés à l’agrégation (39), les professeurs du primaire admis aux concours régionaux (330) et ceux du secondaire admis au concours de novembre dernier (146). Par ailleurs, le ministère a pris un ensemble de mesures en vue de disposer des ressources humaines nécessaires pour répondre aux besoins urgents tels que le redéploiement des professeurs dans le cadre de la rationalisation des mutations. Le ministère s’est employé également à rationaliser les structures et les cartes pédagogiques en vue de réduire les besoins dans la mesure du possible, à adopter le modèle de l’école communale et à encourager la stabilité des enseignants qui travaillent dans les zones enclavées, par le biais d’octroi d’indemnités de fonction et de logement.

Le métier de professeur n’est pas immuable
Exercer le métier de professeur ne signifie pas nécessairement enseigner toute sa vie, encore moins enseigner toute sa vie de la même manière. La liberté que lui laisse l’organisation de son travail permet à l’enseignant qui le désire une certaine liberté d’exercer ses compétences au-delà de sa classe et de les élargir par l’animation d’activités périscolaires, la création de matériel pédagogique ou encore de logiciels éducatifs. Un professeur est amené également à actualiser et à compléter ses connaissances tout au long de sa vie professionnelle. La formation continue et la promotion interne permettent aux enseignants qui le souhaitent d’évoluer dans l’exercice de leur métier ou de changer d’activités au sein de l’éducation nationale. Ainsi, un professeur des écoles peut devenir directeur d’école, maître formateur, psychologue scolaire, inspecteur de l’éducation nationale (IEN), enseignant au collège ou au lycée en passant des concours.

Ce qui démotive les enseignants
Le système éducatif marocain souffre de plusieurs dysfonctionnements structurels. Très peu de  parents sont satisfaits de la scolarité de leurs enfants et pour bon nombre d’entre eux  le niveau scolaire baisse d’année en année. Pour leur part, les enseignants, souvent accusés de tous les maux, dénoncent le manque de ressources, de reconnaissance, les mauvaises conditions de travail (manque de fournitures et d’équipements), les infrastructures délabrées, les classes surchargées (plus de 45 élèves par classe), les élèves indisciplinés. A ceci s’ajoute  l’éloignement des écoles notamment dans les zones enclavées… Autant de raisons qui expliquent l’absentéisme et la démotivation des professeurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *