Les élucubrations d’un escroc

Les élucubrations d’un escroc

Un entretien de Hicham Mandari est paru dans l’édition du dimanche 7 septembre du quotidien la Razon. Le journaliste-questionneur n’est autre que Pedro Canales. Comme par hasard. Quand un journaliste très particulier rencontre un escroc très spécial en délicatesse avec la justice, les deux se donnent en spectacle sans le savoir. Le résultat est un chef d’oeuvre de ridicule. Franchement cela fait rire. Les questions posées à l’imposteur sont très téléphonées. La ficelle est vraiment grosse. On veut faire de Mandari un opposant au régime, c’est le but de cette nouvelle opération de mystification flagrante venue encore d’Espagne. Le pire c’est que l’escroc se prend au sérieux et se laisse aller de bout en bout dans un délire incroyable. D’emblée, le journaliste plante le décor et révèle son jeu. Il présente son client comme le leader du principal nouveau parti d’opposition au Maroc du nom du “conseil national des Marocains libres (CNML) et comme le cauchemar de S.M le Roi Mohammed VI. Il lui attribue la qualité d’ex-conseiller spécial du Roi Hassan II qui a vu le jour et grandi au palais royal. Tout à son nouveau rôle que ses manipulateurs tentent de lui faire camper , Hicham Mandari opine du chef et acquiesce comme un pantin aux interrogations en fait affirmatives de son interlocuteur. “ Si c’était possible de le créer au Maroc ( ce fameux conseil aurait été créé à Londres), nous l’aurions fait. Mais au Maroc, il n’y a pas de liberté politique“. Selon l’escroc qui se glisse dans un personnage qui le dépasse, ce comité est composé d’un groupe d’islamistes et des officiers intègres du fameux comité des officiers libres (une grosse imposture dont s’est fait l’écho la presse espagnole avec comme unique membre le lieutenant-déserteur Abdelilah Ichou qui s’est enfui comme par hasard en Espagne). Tout à ses élucubrations, Hicham Mandari menace de passer s’il le faut à des “actions plus musclées“ à l’intérieur du Maroc. L’escroc révèle une autre facette, celle de chef terroriste qui veut déstabiliser le pays. Le plus grave c’est que La Razon accepte de publier des propos légitimant la violence. Et Mandari de continuer sur sa lancée mystificatrice en affirmant qu’il veut changer la situation intérieure du pays. Pour lui, le Maroc n’a jamais eu de vraie opposition. Désormais c’est lui l’opposant en chef autoproclamé, qui va faire trembler le gouvernement. Quelle éffronterie. Celui qui est connu aussi pour son proxénétisme rêve de gouverner le pays avec les islamistes de Al Adl Wal Ihssane de Cheikh Abdesslam Yassine. “ On a beau dire que les islamistes sont des fanatiques, ils disposent d’un plan de développement qui pourrait fonctionner si on les laisse travailler“, assène-t-il sans sourciller. Lorsque nous enterrons au Maroc, nous travaillerons ensemble avec les islamistes et l’armée“. Pourquoi attendre, il faut rentrer tout de suite ! Celui qui prend les vessies pour des lanternes et qui rêve de flirter avec les islamistes après avoir exporté des filles de petite vertu n’a pas peur de multiplier les inepties. C’est le genre de personnage sans foi ni loi qui cherche à faire commerce de tout. Après avoir trempé dans de nombreux scandales et de sordides trafics, il espère mouiller l’association de Cheikh Yassine qui pour le moment n’a pas d’avis sur les projets islamo-proxénètes de l’escroc. Fathallah Arsalane et Nadia Yassine que nous avons contactés n’ont pas en effet voulu faire de commentaire. Décidément, on apprend des choses sur Hicham Mandari. L’interview de la Razon est vraiment éclairante. Vous ne le savez peut-être pas, Hicham Mandari est également porteur d’une vision sur la politique étrangère du Maroc. Pour lui, ses priorités vont à l’Espagne et à l’Algérie. Concernant le problème de Sebta et Mélilia, il considère que l’on ne doit discuter avec Madrid de l’avenir des deux villes marocaines que dans un siècle. Tout cela, cossu de fil blanc, ressemble à une farce qui dégage des relents très douteux. S’il cherche à se payer une nouvelle virginité et à se faire passer pour un opposant au régime par ses placards publicitaires dans la presse hostile au Maroc, c’est raté. Ces manoeuvres ne trompent personne. Quoiqu’il fasse, quoiqu’il dise, ce professionnel de la magouille reste dans les annales comme un escroc international au passé chargé de soufre, qui a soutiré de l’argent à de nombreuses personnalités notamment au Maroc. D’ailleurs, il a échappé à plusieurs reprises à des tentatives d’assassinat à Paris où il est poursuivi par la justice hexagonale pour falsification de la monnaie bahreïnie.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *