Les marocains expriment un optimisme modéré

Seuls 37 % des Marocains pensent que l’année 2006 sera meilleure que celle qui s’achève. C’est ce que révèle l’étude «End Of Year», menée par le cabinet Léger Marketing Maroc, filiale du Canadien Léger Marketing et membre de Gallup International. Se basant sur un échantillon de 500 marocains, représentant la population marocaine urbaine âgée de 20 ans et plus (près de 10 millions de marocains) selon les chiffres du dernier Recensement général de la population et de l’habitat 2004, cette étude a été également menée dans 70 pays à travers le monde, dont l’Irak, pays sondé pour la première fois. Les perspectives économiques demeurent la hantise des Marocains. Pour 35 % des sondés, 2006 sera marquée par les difficultés économiques alors que 33% pensent que la prospérité économique sera au rendez-vous. «Sur ce point, les Marocains s’avèrent plutôt pessimistes par rapport à la moyenne mondiale : en moyenne, 24% des citoyens du monde pensent que 2006 sera une année de difficultés économiques. Le Maroc semble en rupture avec les tendances du continent africain puisque, encore une fois, les perspectives les plus favorables sont enregistrées en Afrique (52%)», souligne le rapport de Léger Marketing Maroc. Autre crainte mise en exergue par ce dernier, le taux de chômage. En effet, «plus de la moitié des Marocains pensent que le taux de chômage au Maroc va augmenter, légèrement ou fortement, alors que près du quart (24%) seulement s’attendent à une baisse de ce taux». Il s’agit-là d’une crainte partagée puisque notre pays s’aligne sur la moyenne mondiale (54%), mais qui demeure plus pessimiste que les autres pays africains concernés par l’étude, (49% des africains s’attendent à une hausse du taux de chômage). La crainte est, en outre, ressentie par les Marocains qui disposent d’un emploi rémunéré. Parmi les 56 % de la population urbaine âgée de 20 ans et plus, uniquement 66% sont employés de façon permanente. Les emplois temporaires représentent 34 % des emplois rémunérés. «Ceci expliquerait peut-être en partie le taux des pronostics sombres des citoyens quant à leur emploi actuel, puisque près de la moitié des personnes actuellement en emploi évoquent un risque de chômage (48%) », souligne l’étude. Et de préciser que ce sentiment d’insécurité est exprimé de façon plus prononcée lorsque les citoyens sont interrogés sur la rapidité de retrouver un autre emploi au cas où ils se retrouveraient au chômage : 61% pensent que cela prendra du temps contre 20% seulement qui pensent pouvoir trouver rapidement un nouvel emploi. Dans la même tendance pessimiste, plus du tiers des marocains s’attendent à plus de conflits industriels au Maroc (39%) en 2006. Les Marocains poussent le pessimisme plus loin lorsqu’il s’agit de questions d’actualité internationale.
«Interrogés sur leurs prévisions quant à 2006, si elle sera une année de paix plus ou moins sans conflits internationaux ou plutôt une année perturbée avec beaucoup de conflits, près de la moitié des marocains (47%) disent s’attendre à une année perturbée». A titre de comparaison, la moyenne mondiale est de 30% alors que celle des pays africains est de 20%. Sur les 70 pays concernés, le Maroc est classé en huitième position avec les Etats-Unis où le même taux de pessimisme a été enregistré (47%).
Il est à signaler que d’un point de vue général, «pour l’année 2006, l’optimisme des Marocains s’avère plutôt tempéré puisque ce taux reste largement en deçà de la moyenne mondiale (48 %) et de la moyenne africaine (57 %) qui est d’ailleurs la plus élevée », explique le rapport.
Ainsi, sur 70 pays, le Maroc arrive en 38ème position devancé à peine par l’Egypte (39%), mais reste beaucoup plus optimiste que des pays comme l’Allemagne (29%), la France et l’Italie (27%). L’Europe occidentale est d’ailleurs la région la moins optimiste (31%). «Ce sont le Vietnam et le Chili qui s’avèrent être les pays les plus optimistes quant à cette nouvelle année puisque 75% de leurs citoyens s’accordent à dire que 2006 sera meilleure que 2005.



Léger Marketing sonde les Marocains

Créé en 1996, Léger Marketing Maroc, ex Léger & Léger Maroc, est une entreprise de sondages d’opinion, de recherche et de stratégie Marketing, filiale du groupe canadien Léger Marketing, la plus importante firme de sondage francophone au Canada et membre de Gallup International Association. Spécialités de la maison, la réalisation d’études quantitatives ou qualitatives pour le compte d’entreprises privées et organismes étatiques et semis-étatiques (plus de 500 mandats de recherche annuellement). Présent, en plus de plusieurs bureaux au Canada, à New York, Shanghaï et Amsterdam, le groupe Léger Marketing compte aujourd’hui plus de 350 employés dont 85 professionnels du sondage.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *