Les marocains font de moins en moins de bébés

Les marocains font de moins en
moins de bébés

Les jeunes Marocaines sont moins fécondes que leurs mères. Elles ont moins d’enfants qu’auparavant. Adieu les familles composées d’une dizaine de frères et soeurs. Adieu les maisons qui ne désemplissent pas.
Les indicateurs ne trompent pas. Que ce soit en milieu urbain ou rural, le taux de fécondité général chez les jeunes enregistre une baisse substantielle. Il a régressé de plus de 50% en milieu urbain et de près de 62% en milieu rural. C’est ce que révèle une étude du Centre d’études et de recherches démographiques (CERED), dont un premier état a été présenté, jeudi dernier à Marrakech, par le Haut commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi. L’étude en question porte un titre fleuve : “ L’adolescence en question : Analyse des résultats de l’enquête sur les adolescents dans les milieux semi-urbain et rural de Marrakech“. “Cette étude concerne l’une des régions les plus traditionalistes du Maroc“, déclare à ALM Lahlimi.
Pourtant, on y dénombre un recul très net au regard de l’âge auquel les jeunes filles se marient : 24, 2 ans en 1994. Pour donner une idée du déclin du taux de fécondité qu’il a entraîné, il suffit de dire que les naissances sont passées de 5,6% en 1982 à 3,7% en 1994. En d’autres termes : dans l’intervalle de moins de 20 ans, il existe deux enfants de moins dans les ménages de la région Marrakech-Tensift-El Haouz. Cette tendance se confirme non seulement à l’échelle nationale, mais s’accentue. A preuve, des chiffres qui parlent d’eux-mêmes. En 1960, les Marocaines contractaient leur première union à l’âge de 17, 3 ans. En 1994, les Marocaines se mariaient à l’âge de 25, 8 ans. Aujourd’hui, elles s’unissent à un époux à l’âge de 27 ans. Pour les démographes, cette donnée est synonyme d’un bouleversement des structures sociales de la population marocaine. Pour Ahmed Lahlimi, il s’agit d’une “baisse spectaculaire du taux de la fécondité chez les jeunes Marocaines“.
Cette baisse est appelée à s’accentuer encore plus avec l’application de la Moudawana qui interdit désormais aux jeunes filles de se marier avant l’âge de 18 ans. Avant l’adoption du nouveau code de la famille, elles pouvaient entrer en union à l’âge de 15 ans. On se souvient du débat suscité par le recul de trois années dans l’âge du mariage des femmes au Maroc. Les défenseurs de la juvénilité s’y étaient opposés de toutes leurs forces. “En fait, le débat sur cette question est caduc, parce que dans la réalité : la moyenne d’âge du mariage est de plus de 26 ans pour les Marocaines“, commente M. Ahmed Lahlimi.
Les raisons de cette baisse de fécondité sont multiples. Le directeur du CERED, Aziz Ajbilou, y revient dans l’entretien ci-contre. Mais d’emblée, il faut retenir que le déclin de la fécondité au Maroc lance le Royaume sur la voie des pays développés. L’une des caractéristiques essentielles de la croissance économique moderne est le rapport inverse existant entre le niveau de revenu et le taux de natalité. Certains démographes y voient la base d’une théorie économique du comportement procréateur. Les jalons de cette théorie ont été développés d’une façon controversée par Malthus dans son “Essai sur le principe de population“ (1798). Il y déclarait en substance que le seul remède à la pauvreté ne peut venir que des pauvres eux-mêmes : davantage d’épargne, moins d’enfants.
Toujours est-il : si l’impact du déclin du taux de fécondité au Maroc est encore incertain du point de vue économique, il le sera en revanche sur la structure pyramidale des populations. D’après les projections démographiques du CERED, la population totale marocaine devrait croître au rythme de 1,45% par an entre 2002 et 2010. Cette progression s’accompagne d’une déformation importante de la structure par âge de la population, en ce sens où la part des moins de 15 ans dans la population totale baisse de 4,4 points (26,6% en 2010) alors que la part des plus de 65 ans, qui atteindra 5,8% en 2010, augmente de 0,7 point. Les plus de 65 ans vont devenir, avec les années, une tranche de population importante. Ceux que l’on appelle ailleurs les seniors sont une catégorie à laquelle il convient de se préparer, si le pays veut bien accéder au troisième âge tout en quittant le tiers-monde.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *