Les Marocains vivent de plus en plus longtemps

Les Marocains vivent de plus en plus longtemps

«Le pourcentage des personnes âgées va doubler en 2030», déclare à ALM, Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au Plan. En 2030, le Maroc comptera 5,8 millions de personnes âgées. Un chiffre qui est appelé à augmenter au cours des décennies à venir.  Selon la variante  tendancielle des projections démographiques réalisées par le Haut commissariat au Plan (HCP), les personnes âgées vivraient  plus longtemps et leur effectif s’accroîtrait entre 2004 et 2030 au taux de 3,5% (contre 0,9% pour l’ensemble de la population). Notons que durant la période allant de 1994 à 2004, leur taux d’accroissement moyen annuel était de 2,6% contre 1,4% pour l’ensemble de la population. Entre 1960 et 2004, le nombre des personnes âgées a triplé passant de 833.000 à 2,4 millions. Et cette augmentation n’est pas sans conséquences démographiques et socio-économiques. Sur le plan démographique, le Maroc comptera de moins en moins de jeunes. «Le pourcentage des  jeunes âgés de moins de 12 ans est amené à baisser», relève M. Lahlimi avant d’ajouter que «avec la baisse de la croissance démographique, naîtront de moins en moins d’enfants et par conséquent la population sera de plus en plus vieille». Cette situation a des répercussions importantes  notamment en ce qui concerne la prise en charge de cette catégorie de personnes sur le plan médico-social et en matière de régimes de retraite. «Cela pèsera très lourd sur les institutions de retraite et d’assurance», souligne M. Lahlimi. Sur le plan social, les maisons d’accueil sont souvent démunies, isolées et insalubres. Les actions sociales d’aide aux personnes âgées en difficulté sont négligeables. Concernant les régimes de retraite, il s’agit là d’un grand défi que le gouvernement devra relever. Et ce n’est pas tout. Les demandeurs d’emploi seront plus nombreux. «Il y aura une plus grande demande  d’emploi sur le marché du travail en raison de l’espérance de vie qui s’est améliorée. A côté des jeunes, les personnes âgées seront également amenées à chercher du travail. Pour faire face à une telle demande, il faudra une forte croissance économique», explique le Haut commissaire au Plan. A ceci s’ajoute la prise en charge des personnes âgées. «Auparavant, les personnes âgées étaient prises en charge par leurs familles. Ce qui n’est plus le cas. Il y a une tendance à la nucléarisation de la famille», note M. Lahlimi.  Selon le HCP, étant donné l’importance du secteur informel et la faible couverture de protection sociale, conjuguées à la dégradation physique sous le poids de l’âge, le vieillissement constituerait une source importante de précarité, particulièrement pour les femmes. Celles-ci, du fait de l’appréciation notable de leur espérance de vie (elle est de 73,9 ans en 2008), de l’écart d’âge entre époux ( 4,9 ans en faveur des hommes en 2004) et de la tendance à la nucléarisation, courent plus de risques de se retrouver seules. Ainsi, un plus grand nombre de veuves (54,4% en 2004 contre seulement 5,9% pour les hommes) se retrouveront dans une situation de vulnérabilité qui, d’autant plus, sera accentuée par un taux analphabétisme qui touche 95% des femmes âgées. Ces chiffres ont été rendus publics par le HCP à l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées célébrée au Maroc, comme partout dans le monde, le 1er octobre de chaque année. Une occasion pour attirer l’attention sur le vieillissement, un phénomène démographique qui gagne du terrain.  


Un Marocain sur quatre aura plus de 60 ans en 2050


Au Maroc, le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus est passé de 7,2 % en 1994 à 8 % de la population en 2004 (2 376 000 dont 1 243 000 sont des femmes et 1 133 000 sont des hommes). Cette progression s’accompagne d’une déformation importante de la structure par âge de la population : la part des moins de 15 ans dans la population totale baisse de 4,4 points (26,6% en 2010) alors que la part des plus de 65 ans, qui atteindra 5,8% en 2010, augmente de 0,7 point. Selon les projections démographiques du CERED, cette proportion connaîtrait une croissance accélérée à partir de 2010. Ainsi, la population âgée de plus de 60 ans sera de l’ordre de 11,1 % en 2020 et de 24 % en 2050.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *