Les médecins se font rares…

Les médecins  se font rares…

Le Maroc souffre d’une pénurie aiguë en personnel de santé. Un constat alarmant qui découle de statistiques du ministère de la santé. Le Royaume ne compte que 6 médecins pour 10.000 habitants. C’est ce qu’a indiqué le ministre de la santé, Lhoussaine Louardi, dans une de ses réponses au Parlement. Avec de telles statistiques, le pays est loin de répondre aux standards de l’OMS qui fixent 1 médecin pour 650 habitants.

Selon M. Louardi, le manque de médecins est estimé à 7.000. Pour pallier ce déficit, rappelons qu’un programme de formation de 3.300 nouveaux médecins chaque année avait été lancé il y a déjà plusieurs années. L’objectif de cette stratégie gouvernementale est d’améliorer l’indice de la densité médicale pour atteindre 10 médecins pour 10.000 habitants en 2020.

Mais la réalité est tout autre. Les universités ne forment que 900 médecins par an. Pour ce qui est des médecins spécialistes, les besoins se font sentir. À ce sujet, le ministre a toutefois précisé que 997 postes ont été créés en 2010 et 744 ont été occupés par des médecins spécialistes. En 2011, sur les 697 postes créés, 627 ont été occupés (un taux d’occupation de 90%). À ceci s’ajoute la répartition très inégale du personnel soignant dans le Royaume.

Les médecins sont concentrés à Rabat et Casablanca. C’est dans ces deux villes que l’on retrouve le taux d’encadrement médical le plus élevé avec 20,3 médecins pour 10.000 habitants à Rabat et 16,1 médecins pour 10.000 habitants à Casablanca.

 

…Les infirmiers aussi.

 

A l’instar de la communauté internationale, le Maroc a célébré le 12 mai la Journée mondiale de l’infirmier sous le thème «Combler l’écart: objectifs du millénaire pour le développement».

Cette journée a été l’occasion pour le ministère de la santé de pointer du doigt le manque crucial des infirmiers. Malgré un effectif avoisinant les 30.000, les ressources humaines restent en deçà des besoins réels.

La densité actuelle n’est que de 9 infirmiers pour 10.000 habitants contre 15,4  pour la région de la Méditerranée orientale. Avec de telles statistiques, le Maroc figure parmi les pays que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère en pénurie aiguë de personnel de santé.

Le ministre de la santé, Lhoussaine Louardi,  estime le déficit actuel à 12.000 infirmiers. Pour ce faire, le ministère de la santé a prévu dans son plan d’action 2012-2016 le maintien d’un rythme de formation de 3.000 infirmiers par an et l’augmentation annuelle des postes budgétaires pour le recrutement d’infirmiers, sachant que le recrutement de ces derniers a connu une évolution importante ces dernières années. En ce qui concerne le développement de la formation du personnel infirmier, le ministère de la santé prévoit d’intégrer son dispositif de formation des infirmiers dans le système de l’enseignement supérieur et ce en transformant les instituts de formation aux carrières de santé en établissements de l’enseignement supérieur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *