Les membres du Corcas examinent les derniers développements de l’affaire du Sahara

Les membres du Corcas examinent les derniers développements
de l’affaire du Sahara

C’est la ville de Smara qui a été élue pour abriter la deuxième et dernière session ordinaire du Corcas pour l’année 2007. Un choix dont les membres du Conseil ont souligné la portée politique, d’autant que cette session intervient à la veille de la relance du troisième round de négociations entre le Maroc et le Polisario. «Le message n’échappe à personne, il s’agit de marquer encore une fois l’attachement du Royaume au plan d’autonomie, et rien que l’autonomie, en vue d’un règlement définitif du conflit», explique M’Barek Tamem, membre de la Commission des affaires étrangères et de la coopération du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes. «En dehors de la question de l’intégrité territoriale du Royaume, qui n’est pas sujette à négociation, tout peut être discuté», a précisé ce responsable. Dans un communiqué, le Conseil a indiqué que, «sur ordre de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et conformément aux dispositions du dahir relatif au Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes», cette deuxième session se tiendra sous le thème «L’autonomie, une solution définitive pour réaliser la réconciliation et le retour de la dignité ». Outre les derniers développements qu’a connus l’offre d’autonomie, que la dernière résolution (1783) du Conseil de sécurité a de nouveau saluée, les membres du Corcas seront appelés à élaborer un nouveau plan destiné à expliquer les enjeux d’une initiative élaborée de manière à garantir aux habitants des provinces du sud de larges prérogatives pour gérer eux-mêmes leurs affaires. S’agissant des développements intervenus ces derniers jours, il y a lieu de souligner l’adoption par l’Algérie d’un ton qui rompt un tantinet avec son discours habituel. Lors d’une récente visite à Paris, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, avait affirmé que «les points de vue de l’Algérie et de la France (sur la question du Sahara) ne sont pas aussi divergents qu’ils le paraissent», exhortant les parties au conflit à «poursuivre», voire «intensifier», les négociations dans la perspective d’un règlement définitif de la crise. Des membres du Corcas ont affirmé que, quelle que soit la position d’Alger, sur laquelle ils se sont montrés sceptiques, «le Royaume reste fort de la légitimité de sa cause», ajoutant que la création du Conseil a prouvé, à qui veut bien voir, que «le Polisario n’est plus le représentant exclusif des Sahraouis».
Au-delà de l’initiative d’autonomie, la question du développement du transport et des équipements dans les provinces du Sud sera au centre de la deuxième session ordinaire du Conseil. En soulignant l’importance des réalisations qu’ont connues les provinces sahariennes, M’Barek Tamem a précisé que d’autres efforts devront être déployés pour régler un certains nombre de problèmes liés au transport. Il a cité en exemple le coût du transport en auto-car entre Dakhla et Agadir (600 DH), appelant à la révision à la baisse du tarif de transport pour une meilleure mobilité entre les provinces du Sud et les autres régions du Royaume. S’agissant du transport aérien, des membres du Conseil ont fait état de difficultés de déplacements entre Laâyoune et Agadir, faisant constater que cet axe est desservi uniquement par des lignes régionales dont l’offre reste en-deça des attentes de la population.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *