Les outils de la propagande

Les livres et les cassettes audio et vidéo viennent en bonne position dans les outils de propagande utilisés par certains milieux obscurantistes. Les forces de sécurité sont en train de perquisitionner dans les milieux extrémistes afin de mettre la main sur ces fameux livres qui inondent le marché marocain. Car, il ne s’agit pas uniquement de petits vendeurs ambulants, mais plutôt de grands dépôts et d’importantes filières d’importation de ces ouvrages dans lesquels l’extrémisme le dispute à l’antisémitisme, voire au racisme. Ni droits d’auteur, ni vérification du contenu. Il s’agit tout simplement d’importation illégale et bel et bien d’un commerce parallèle qui sape le circuit du livre, de la librairie et de l’édition. Mohamed Achaâri, le ministre de la Culture et de la Communication, qui avait pointé du doigt ce phénomène et essayé de s’y interposer lors du salon international de l’édition et du livre l’année dernière, avait été pris violemment à partie.
Les ventes de ces livres à bon marché représentent une belle manne pour leurs bénéficiaires. Mais ce n’est pas tant le côté lucratif qui dérange, mais plutôt le contenu prônant une idéologie de haine. Même les chercheurs nationaux en théologie et en exégèse musulmane ne trouvent plus preneur, en termes d’édition et de publication, car tout est faussé par cette sous-culture encourageant la superstition, les pratiques ésotériques et le charlatanisme sous toutes ses formes. De même, il se dégage de ces livres, qui jouent sur les frustrations et la misère, une propagande anti-féminine violente, primaire et rétrograde.
En ce qui concerne les cassettes, lequel d’entre nous n’a jamais eu à subir des prêches garantissant les flammes de l’enfer, alors qu’il ne faisait qu’emprunter un taxi ? Alors que les cassettes vidéo circulent sous le manteau, les cassettes audio pullulent. Elles sont partout. Dans les taxis, mais aussi dans certains lieux publics. En vente devant les mosquées, elles sont également trimballées par des marchands ambulants qui passent leurs journées à pousser leurs charrettes, sillonnant les principales artères de nos villes, diffusant le contenu de ces cassettes à l’aide de hauts-parleurs. Nuisances à tous les étages…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *