Les pourparlers avec le Polisario n’ont abouti à aucune avancée décisive

Le Maroc et le front du Polisario se sont convenus de poursuivre les négociations dans le cadre d’un prochain round de négociations informelles. C’est ce qui ressort de la rencontre informelle restreinte tenue les 10 et 11 août dans la localité de Durnstein à Vienne avec la participation de délégations du Maroc, du Polisario, de l’Algérie et de la Mauritanie. A l’issue de cette réunion, premier contact direct entre le Maroc et les séparatistes du Polisario depuis l’échec des négociations de l’an dernier à Manhasset, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU, Christopher Ross, a affirmé, dans un communiqué, qu’il organiserait un nouveau cycle de discussions sans pour autant fixer ni la date ni le lieu. M. Ross a affirmé, en outre, que les pourparlers informels sur le Sahara se sont déroulés dans une atmosphère d’engagement sincère, de franchise et de respect mutuel.
Dans une déclaration à la presse, à l’issue de la rencontre de Vienne, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Taïeb Fassi Fihri, a précisé que «beaucoup a été fait dans le cadre de cette réunion informelle. Nous avons décidé de poursuivre cet exercice de négociation et de discussion». M. Fassi Fihri a indiqué que quel que soit le cadre, restreint ou formel, «la délégation marocaine va saisir toutes les opportunités pour présenter cette initiative d’autonomie, et pour insister sur sa vision prospective de la construction du Maghreb, de réconciliation et de volonté politique pour trouver une solution afin de ne pas continuer de vivre les affres de la séparation, de réaliser les retrouvailles et construire l’Union du Maghreb Arabe».
Par ailleurs, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a indiqué que les pourparlers informels ont été l’occasion pour rappeler la finalité et la philosophie de l’initiative marocaine d’autonomie et de rappeler «l’effort qui a été fait pour mettre sur la table une proposition qualifiée de sérieuse, crédible et parfaitement conforme aux standards internationaux et à la légalité internationale». Selon M. Fassi Fihri, cette rencontre a été, en outre, une opportunité pour poursuivre le travail de présentation de cette initiative dans sa philosophie globale, tout comme dans ses détails et particulièrement dans ses dimensions juridiques, liées au droit international. «Cette initiative, si la volonté est partagée, permet enfin de trouver une solution qui mettra fin aux souffrances de nos frères séquestrés sur le territoire algérien, permet des retrouvailles, et enfin de bâtir un Maghreb avec les quatre autres pays du Maghreb Arabe», a déclaré M. Fassi Fihri. Le ministre a déploré, par ailleurs, que les autres parties restaient attachées à une vision, à des mécanismes et à des modalités opératoires, aujourd’hui inapplicables. «Aujourd’hui nous devons nous inscrire dans une logique différente, l’initiative marocaine est un point de compromis», a souligné le ministre, en formant le vœu que les prochaines rencontres «soient l’occasion de poursuivre ce travail d’échange, de discussion et d’explication». La rencontre informelle tenue à Vienne entre le Maroc et le Polisario, en présence des Etats voisins, l’Algérie et la Mauritanie, est la première réunion tenue sous les auspices de M. Ross depuis sa nomination en remplacement de son prédécesseur Peter Van Walsum.

Mohamed Aswab (avec agences)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *