Les ressources humaines, principal atout de la Chine

Les ressources humaines, principal atout de la Chine

ALM : Y a-t-il vraiment invasion chinoise dans votre secteur?
Azedine Mountassir : C’est peut-être vrai à Derb Omar où tout le monde fait état de cette invasion Chinoise. Dans le domaine des Télécoms, on peut dire aussi que c’est vrai, les chinois commencent à être extrêmement présents. Mais en ce qui concerne les Nouvelles technologies de l’information on ne les voit pas encore débarquer dans le marché marocain. Cela ne saurait tarder.
Pourquoi les produits chinois sont aussi compétitifs ?
Je vois deux facteurs dans notre secteur d’activité. La Chine dispose de ressources humaines de très bonne qualité au niveau de la gamme moyenne. Les techniciens gagnent en moyenne un salaire de 100 euros par mois moyennant 50 heures de travail par semaine. Ce n’est pas le cas pour nous où le salaire dans la même catégorie varie entre 400 et 600 euros par mois. Quand on a de telles différences au niveau des salaires, on a forcément des prix différents.
N’y a-t-il pas d’autres facteurs comme la sous-facturation ?
C’est possible qu’il y ait ce genre de pratiques. Mais dans le domaine particulier des Nouvelles technologies, cela n’influe pas trop à mon avis. En effet, dans ce secteur les droits de douane sont tombés à 2,5%. Du coup, cela limite le phénoméne de sous-facturation qui pourrait sévir dans d’autres secteurs où les droits ne sont pas encore réduits. Il faut bien noter que ce ne sont pas les Chinois en général qui viennent vers les Marocains. Mais le contraire.
Un opérateur chinois a remporté il y a quelques jours un énorme marché de Maroc Télécom. Les coûts de production des Chinois sont nettement plus bas, donc ils sont assez concurrentiels.
Cette présence chinoise, souvent perçue comme une menace, peut-elle être une chance ?
Une menace certes. Mais aussi une chance dans la mesure où les opérateurs marocains sont obligés à dépasser le métier d’importateur-revendeur pour créer de la valeur ajoutée. Quand on crée de la valeur ajoutée, le facteur prix perd son importance.
Les produits «Made in China» sont souvent considérés comme du bas de gamme par le consommateur ?
La conception n’a pas tellement changé pour certains types de produits comme les jeux ou les machines à outil. Mais en ce qui concerne les Nouvelles technologies, ce n’est pas le cas. Grâce à ses ressources humaines bien formées, les Chinois parviennent à imiter parfaitement les produits européens et américains. De plus, avec des décotes sur le prix de 15%, le consommateur est gagnant même si le produit s’use un peu avant les autres.
Que gagne le Maroc ? Peut-on s’attendre à des prises de participations chinoises dans les entreprises du Royaume ?
A ma connaissance non. N’oubliez pas que le marché marocain est relativement réduit. C’est une importance très secondaire pour les Chinois qui prospectent d’abord les USA et l’Europe. De plus, la vente des produits chinois au Maroc se fait à travers des sociétés marocaines. Ce sont elles les sollicitantes, pas les Chinois.
D’aucuns disent que le Maroc pourrait jouer le rôle d’une palte-forme pour l’introduction des produits chinois en Europe?
C’est possible même si je n’en vois pas la valeur ajoutée. Cela m’étonnerait beaucoup vu l’arsenal législatif européen. Dans l’espace communautaire, il y a des certificats d’origine. Les droits de douane ne sont pas indexés sur la base de la provenance mais de l’origine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *