Les services de sécurité ont détecté 36 cellules actives d’évangélisation

Les services de sécurité ont détecté 36 cellules actives d’évangélisation

L’expulsion, la semaine dernière, d’un groupe d’évangélistes étrangers qui s’activaient à Ain Leuh est un message fort du gouvernement marocain quant à sa volonté ferme de lutter contre toutes les tentatives d’atteinte aux valeurs morales et religieuses du Royaume. Une fermeté qui n’exclut pas une volonté aussi de réagir avec pondération en privilégiant le recours à l’expulsion, conformément aux dispositions de la loi et dans le respect des procédures judiciaires en vigueur, au lieu d’aller vers une application radicale du code pénal qui qualifie de délit toute atteinte délibérée à la foi des musulmans.
La réaction des autorités compétentes se justifie non seulement par le caractère légal de son action, mais aussi et surtout par le fait que le phénomène de l’évangélisation est en train de prendre des dimensions préoccupantes. «La situation est préoccupante, mais elle est entièrement maîtrisée», indique une source proche du dossier confirmant que le Maroc fait effectivement face à une tentative de pénétration de la part de certaines organisations évangélistes. La même source indique que la majorité des opérations de ce genre sont détectées, contrôlées et observées par les services concernés et que, dès que les soupçons quant aux intentions de leurs meneurs de mener des campagnes d’évangélisation sont confirmés, il est procédé à l’application de la loi avec la fermeté nécessaire qu’exige la défense des valeurs religieuses du Royaume. La veille installée par les services compétents a permis ainsi de détecter quelque 36 cellules de prosélytisme évangéliste qui tentent de s’activer sur le territoire national composées de 202 missionnaires dont la majorité sont de nationalité américaine, anglaise et française. Ces missionnaires sont soit des prêtres soit des enseignants travaillant dans le cadre des accords de coopération, des ingénieurs travaillant pour le compte de multinationales opérant sur le territoire national, des médecins ou des chefs d’entreprise. Ces cellules sont pour la majorité concentrées dans les régions de Marrakech, Casablanca, Rabat, Fès, Meknès, et Agadir. Le modus operandi de ces cellules correspond à celui que les évangélistes adoptent en général, à savoir la tenue de réunions privées régulières qui visent ce qu’ils appellent «la consolidation de la foi chrétienne», ou l’organisation de sorties groupées pendant lesquelles on tente de diffuser «le message du Christ» ou à travers des séances de formation et des séminaires à l’étranger. Les premiers cibles de ces cellules sont les jeunes chômeurs, selon les investigations menées par les autorités compétentes. Mais, cela ne signifie pas que des jeunes cadres ayant une formation supérieure et une bonne une situation salariale soient à l’abri de ces tentatives. Ainsi, il y aurait près de 363 Marocains qui se seraient convertis au christianisme et qui ont même commencé à vouloir prendre les rênes des réseaux évangélistes sur le territoire national. Ainsi, des informations dont disposent les services compétents indiquent que les Marocains convertis auraient créé une douzaine de cellules locales et qu’ils ont réussi à mettre la main sur 26 parmi 36 agissant au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *