Les services spéciaux algériens dirigeaient « Khalifa Télévision »

Dans un article intitulé : "Quand les services algériens dirigeaient Khalifa TV", le journal indique que dans le staff dirigeant du groupe "Khalifa" figurait une "fonctionnaire proche des militaires", qui a comparu samedi devant le tribunal criminel de Blida pour "abus de confiance". Elle occupait "une position bien singulière" au sein du ministère algérien de la communication, où elle était en charge de la presse étrangère.

Le journal affirme que ladite fonctionnaire, dont il décline l’identité, avait été nommée par la suite directrice de l’antenne algéroise de Khalifa, et qu’elle avait sur "la base de critères patriotiques", recruté 80 journalistes chargés de "défendre l’image de l’Algérie", dont d’"honorables correspondants du DRS".

Devant le tribunal, ladite fonctionnaire a affirmé, selon le journal, qu’elle était "en mission pour le compte de l’Etat et que l’argent ne m’intéressait pas". Pour justifier ce "statut ambigu", elle a mis en cause la ministre de Tutelle, qui l’avait chargée de cette mission "en m’assurant que ma carrière était protégée".

"Le Figaro" affirme que "la réalité est plus complexe" et que les services de renseignements avaient infiltré le ministère de la communication et qu’ils décidaient en fait, de l’accréditation des médias étrangers et de la création de journaux algériens. Ce sont également les mêmes services qui distribuent la manne publicitaire de l’Etat et des entreprises publiques, "sur des critères d’allégeance claniques", ajoute la même source.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *