Les sous de la discorde

«Il ne faut pas qu’il y ait des clivages autour de la solidarité avec le peuple palestinien. L’Association marocaine de soutien à la lutte du peuple palestinien n’a pas de privilèges dans ce domaine et n’a pas le droit d’en réclamer l’exclusivité». C’est en gros le message que l’on retient du passage de Khalid Soufiani, ancien président d’ailleurs de l’AMSLP, lors des infos de la première chaîne de la télévision marocaine, dans son édition du soir, avant-hier. On en rajoute ainsi à la polémique déclarée entre les partisans de l’association et les islamistes du PJD qui auraient opté pour une collecte parallèle de fonds de soutien aux Palestiniens.
L’affaire qui couvait depuis des semaines, a éclaté au grand jour avec le communiqué de l’AMSLP qui fait part de «la profonde préoccupation» de l’association quant à la prolifération des annonces presse appelant à faire des dons en soutien à l’Intifada. Plus encore, relève l’association, ces annonces indiquent des numéros de comptes bancaires qui ne correspondent ni à celui de l’association, ni à celui de l’agence de Bayt mal Al-Qods, encore moins à celui ouvert auprès de Bank Al-Maghrib et consacré aux dons des Marocains en soutien aux palestiniens.
Pour M. Benjelloun Andaloussi, président de l’Association, il y a lieu de consacrer tous les efforts du peuple marocain pour soutenir les Palestiniens et leur lutte. Et pour ce faire, tout doit être réglé et réalisé dans la transparence la plus totale. Si ce n’est pas une opération d’arnaque, c’est tout comme. Et l’association n’est pas allée par quatre chemins pour le dire : elle fait état de «données précises» dont elle dispose concernant des opérations malveillantes dont ont été victimes des femmes, dépossédées de leurs bijoux et de leur argent, parfois même dans les mosquées, sous couvert de soutien à la cause palestinienne.
Les parties incriminées dans cette affaire, ce sont notamment les partisans du Parti de la justice et du développement (PJD) qui depuis des années font bande à part dès qu’il s’agit de soutien à des causes de musulmans de par le monde : l’Irak, la Bosnie ou finalement la Palestine. Chose que réfute Abdelilah Benkirane, au nom du PJD. Il précise qu’il y a eu une demande palestinienne de reconstruction de certaines mosquées des territoires palestiniens ne faisant pas partie d’Al Qods Acharif, et ne pouvant de ce fait bénéficier des fonds de Beyt Mal Al Qods. Mais là où le dirigeant islamiste s’est trahi, c’est lorsqu’il fait part dans sa mise au point de ses discussions avec Abou Marwane autour du redressement de l’AMSLP. Une manière de dire que son organisation ne reconnaît pas l’actuelle direction de l’AMSLP et ne traitera de ce fait pas avec elle. Quant aux détournement de fonds pour la Bosnie, c’est Mustapha Ramid, un dirigeant PJD à la gâchette facile qui a eu la charge de répliquer. Sur la chaîne de télévision, il a nié en bloc que l’argent pour la Palestine soit déboursé dans un autre but. Et que le compte bancaire ouvert pour les Bosniaques n’a pas connu d’opération de transfert, depuis des années. «Les autorités compétentes peuvent vérifier nos comptes et s’assurer du fait qu’on n’a rien traficoté», lance-t-il. Chose qui rejoint les propos tenus par Benkirane dans sa mise au point, quand il écrit que le compte de l’Association marocaine de soutien aux Musulmans de la Bosnie, est gelé depuis 1996.
C’est-à-dire depuis l’arrêt des hostilités dans cette région. Et d’ajouter que les dons qui sont collectés et rajoutés au compte de l’Association de solidarité avec les Bosniaques, seront versés au Palestiniens.Mais ce n’est pas uniquement cet aspect de collecte de dons qui est la source de la polémique qui fait rage. Selon l’AMSLP,«des parties inconnues», fabriquent des produits palestiniens et procèdent à leur commercialisation, soit-disant pour soutenir la lutte palestinienne, alors qu’elles génèrent des «recettes colossales» pour leur propre compte. L’association rappelle enfin que son numéro de compte bancaire est le 94-88TCCP, alors que celui de «Bayt Mal Al-Qods» est le 555, ouvert auprès de Bank Al Maghrib et enfin, le compte réservé au soutien de l’Intifada porte le numero 5220303294 ouvert auprès d’Arab Bank Maroc. Le plus grave dans toute cette situation dont aucun Marocain sensé ne veut voir s’éterniser, c’est lorsque l’ambassade de Palestine à Rabat assure n’avoir reçu aucune somme d’argent des autres parties s’activant pour réunir des dons au profit de l’intifada. S’il est vrai qu’aucune structure ne peut se prévaloir d’avoir l’exclusivité du soutien au peuple palestinien, il n’en demeure pas moins vrai que dès qu’il s’agit d’argent, la suspicion est de mise. Et la clarté doit prévaloir. Pour la Palestine, il n’y a pas lieu de surenchérir. Un peuple meurtri par la guerre d’extermination que lui livre l’armée sioniste d’occupation, n’a nullement besoin de ses frères arabes qui font de son drame une affaire juteuse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *