Les sportifs : Aziz Bouderbala, le dribbleur séduisant

Les sportifs : Aziz Bouderbala, le dribbleur séduisant

À 51 ans, ce brillant footballeur au charme irrésistible est père de trois beaux garçons, Yassine, Hanafi et Taha. Son sourire séduisant et son corps musclé attirent plus d’une femme. En 1978, Bouderbala jouait au sein du club du Wydad de Casablanca, avant de rejoindre le club suisse FC Sion en 1984 avec qui il remporta la Coupe de Suisse deux années plus tard. Aziz Bouderbala a participé avec l’équipe nationale à la Coupe du monde de 1986 qui s’est déroulée à Mexico. Il a signé ensuite pour le club français Matra Racing avec qui il joua la finale de la Coupe de France en 1990 contre Montpellier. Sa carrière professionnelle en France se terminera dans le club de l’Olympique Lyon. Aziz Bouderbala a participé quatre fois à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et a été choisi meilleur joueur de la CAN à deux reprises, en 1986 qui s’est déroulée en Egypte et en 1988 au Maroc. Tel père tels fils, les enfants d’Aziz Bouderbala naissent avec l’amour du football dans le cœur et le pratiquent depuis leur plus jeune âge. Aziz Bouderbala a été un dribbleur de talent qui a enrichi les pelouses marocaines avec ses capacités extraordinaires à surprendre ses adversaires et mettre son équipe en position de supériorité.

Marouane Chamakh, un joueur très mignon
À 26 ans, l’international marocain Marouane Chamakh n’est plus à présenter. Mignon, très gentil et surtout talentueux, le Lion de l’Atlas continue à séduire ses fans ici et ailleurs. Le jeune homme est doté d’un fort caractère et d’une réputation de véritable meneur de jeu. Arrivé à Bordeaux à 16 ans, ce grand attaquant (1m85) est très vite surclassé et ne tarde pas à faire ses premières apparitions dans le groupe pro. Le 19 janvier 2003, Chamakh a joué son premier match avec l’équipe première en Coupe de la Ligue. Marouane Chamakh est un joueur de football qui évolue au club anglais Arsenal depuis mai 2010. En équipe nationale, les prestations prometteuses de Chamakh lui valent d’être convoqué à chaque fois en équipe à toutes les compétitions. Il a reçu plusieurs distinctions, parmi lesquelles celles du meilleur footballeur marocain de l’année (2004 et 2009), du meilleur footballeur marocain évoluant à l’étranger (2007), du meilleur joueur du trophée des Champions (2008), et du meilleur joueur Africain évoluant en France (2009). C’est un joueur ambiteiux qui nourrit de grandes ambitions tant avec son club actuel Arsenal qu’avec les Lions de l’Atlas.

Karim Alami, le playboy des tennismen
Karim Alami vous l’avez entendu sur Al Jazeera Sport commenter les matchs de Roland-Garros et de Wimbledon. La voix de cet ancien tennisman n’est pas inconnue des spectateurs de la chaîne qatarie. Karim Alami avait déjà une carrière bien remplie derrière lui et une réputation de terreur des courts sur terre battue. Il est considéré comme le playboy des tennismen. L’ancien champion marocain de tennis est un commentateur sportif d’Al Jazeera depuis six ans. En 1992-1993, il écuma les tournois challengers en Afrique et en Amérique Centrale. Son exploit face à Pete Sampras à Doha, en 1994, était un déclic. Son corps musclé est comparable à ses idoles Becker et Noah. Karim Alami s’est fait un nom sur la terre battue d’abord, mais aussi parce qu’il a gagné deux titres ATP en 1996, à Atlanta et Palerme. Irrésistible, en bandana rouge ou les cheveux peroxydés blonds. Il s’est illustré plusieurs fois en Coupe Davis pour le Maroc. En 1999, il était qualifié en finale à Barcelone et Bucarest. En 2001, on le retrouve en demi-finale à Monte-Carlo. Karim Alami est marié et père de trois enfants.Et ce n’est pas tout. L’ancien champion a d’autres fers au feu : il est aussi directeur du tournoi de Doha, l’un des plus prestigieux au monde.

Baddou Zaki, le sourire toujours craquant
À 52 ans, Baddou Zaki conserve toujours le charme séduisant d’un homme sportif qui a marqué le monde du ballon rond. M. Zaki est l’un des meilleurs gardiens de but que l’Afrique ait connu. Après avoir mis fin à sa carrière en 1992, il a embrassé celle d’entraîneur. Au cours de sa jeune carrière, il a laissé son empreinte sur les clubs qu’il a entraînés et surtout avec l’équipe nationale avec qui il a atteint la finale de la Coupe d’Afrique des Nations en 2004 en Tunisie. Ancien gardien de but de l’équipe nationale et «Ballon d’or» d’Afrique en 1986, il ne cesse de garder sa forme et son endurance physique. Avec sa grande de taille, l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale se voit toujours élégant et gracieux avec un sourire craquant. Une personne de caractère, sérieuse et professionnelle, M. Zaki est un homme très aimé par le grand public marocain. Pour continuer à garder sa forme, l’entraîneur du Kawkab de Marrakech aime pratiquer la plongée sous-marine. Ce n’est pas tout. Zaki a d’autres talents cachés. L’ancien entraîneur des Rouges est un grand sportif qui fait aussi du tennis, du saut d’obstacles, de la chasse et qui adore la musique gnaouie. Il utilise davantage tout ce qui est commode pour garder la ligne. Baddou Zaki fait partie des sportifs les plus médiatisés au Maroc, mais aussi dans le monde arabe. Ancien, capitaine de l’équipe de Mallorca de 1988 à 1991, Meilleur sportif marocain en 1981, Finaliste de la Coupe du Roi d’Espagne en 1991, Finaliste de la Coupe de la CAF avec le Wydad, Meilleur gardien de but en Afrique du 21ème siècle… Et la liste est longue pour un homme riche en palmarès. M.Zaki est père de trois enfants, deux filles et un garçon.


Khalid Rahilou, un bel homme fort et protecteur
Khalid Rahilou, l’homme de toutes les envies. Fort de physique et de caractère, il en a séduit plus d’une lors de son brillant parcours de champion. À 44 ans, les cheveux sel et poivre, il est de plus en plus séduisant. Le look mauresque, doublé d’une culture française, lui donnent encore plus de charme. Au-delà de ses prouesses sportives, le boxeur international est un réel bel homme. Né en France, il fera très vite la fierté de son pays natal. En effet, il est sacré champion de boxe de France puis d’Europe des super-légers avant de remporter la ceinture de champion du monde WBA de cette catégorie en battant, le 11 janvier 1997, l’Américain Frankie Randall par arrêt de l’arbitre à la 11e reprise. Rahilou mettra un terme à sa carrière en 2002 pour revenir vers son pays d’origine. Il s’installe au Maroc, investi dans les affaires et a pour projet de créer la 1ère ligue professionnelle de boxe au Maroc. Un parcours à faire des jaloux chez les hommes et des fanes auprès des femmes. Bien que détrôné depuis, Khalid Rahilou restera l’éternel champion franco-marocain sujet de toutes les convoitises féminines. Que demander de plus qu’un bel homme fort et protecteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *