L’Espagne vue par les marocains

Dans le cadre d’un partenariat entre deux associations, l’une marocaine basée à Rabat (l’Association de recherche en communication interculturelle-ARCI) et l’autre espagnole (le Centre d’information et de documentation internationale de Barcelone-CIDOB), une importante enquête a été réalisée sur l’image de l’Espagne au Maroc. Réalisé par Noureddine Affaya, professeur à l’Université Mohammed V et membre de la HACA, ainsi que Driss Guerraoui, professeur universitaire et conseiller du Premier ministre, cette enquête a nécessité un an de travail, de mars 2004 à avril 2005. Ce document est extrêmement précieux, non seulement pour les Marocains, mais surtout pour les autorités espagnoles. C’est ainsi que cette enquête a montré que la majorité des Marocains demeure tolérante et pacifiste à l’égard de l’Espagne malgré les accidents de parcours qu’ont connus, sous l’époque Aznar notamment, les relations entre les deux pays.
Aussi, cette enquête permettra au gouvernement espagnol et aux ONGs de ce pays de disposer d’un outil scientifique fiable leur assurant une visibilité certaine dans leurs démarches vis-à-vis du Maroc.
La première conclusion de cette enquête concerne l’image positive de l’Espagne chez la majorité des personnes sondées. Elles sont d’ailleurs 1.031 à s’être prononcée. C’est ainsi, que 69,4% de cet échantillon de la société marocaine perçoivent positivement l’Espagne, un pays qui fascine les Marocains en raison des efforts qu’il a déployés en matière de démocratie et de développement économique et social. Dans les villes anciennement occupées par l’Espagne, comme Al Hoceima par exemple, 87% environ des personnes questionnées ont affirmé que l’Espagne a une image positive. En revanche, les Marocains qui ont une image négative de notre voisin du Nord, avancent essentiellement "la position inamicale de l’Espagne" vis-à-vis de l’affaire du Sahara, "le mauvais accueil dans les douanes espagnoles" ainsi que "l’obstacle de la langue". C’est à Marrakech que l’Espagne a l’image la plus terne. Mais malgré cela, la majorité des Marrakchis, soit 54,5%, ont une bonne perception de l’Espagne.
Paradoxalement, ce sont les personnes nées avant l’indépendance qui ont une appréciation positive de l’Espagne (80%). Selon les enquêteurs, cette réaction négative chez les jeunes est imputée, entre autres, aux contraintes imposées pour l’obtention du visa, à l’affaire du Sahara et de manière générale à l’absence d’une politique de promotion de l’image de l’Espagne auprès des Marocains. Comparativement à un pays comme la France, l’Espagne dispose de très peu de centres culturels au Maroc. L’enquête a permis aussi de mettre en exergue le rôle primordial des médias dans le rapprochement ou l’éloignement des deux pays. "Toutes les réponses des enquêtes indiquent une référence aux médias écrits et audiovisuels", notent les enquêteurs. Le Maroc et l’Espagne sont ainsi invités à exploiter "à bon escient ce pouvoir afin de rectifier les erreurs du passé et de mieux préparer l’avenir".
Un autre enseignement important concerne l’élite marocaine. En effet, seulement 8,1% de cette dernière a déclaré avoir visité l’Espagne contre 41,7% pour l’ensemble des personnes interrogées.
En somme, des efforts supplémentaires doivent être consentis par l’Espagne à l’adresse des universitaires, des artistes, des scientifiques et des hommes politiques. L’étude a montré, par ailleurs, que les adjectifs que ressortent souvent les Marocains pour qualifier les Espagnols sont: "sérieux, gentils, travailleurs, civilisés…". Selon Driss Guerraoui, cette étude a nécessité une enveloppe de 450.000 DH, cofinancée par le CICOB, la Banque centrale populaire et le groupe d’étude et de recherche sur le service public de l’Université Mohammed V de Rabat-Agdal.
Les résultats de cette étude seront présentés ce jeudi soir à Rabat au siège de la MAP. Driss Guerraoui a précisé que l’enquête sera traduite dans la langue de Cervantès, avant d’être présentée à l’opinion publique espagnole, probablement vers la fin mai prochain. A noter également qu’une enquête identique est déjà prête en Espagne. Elle concerne l’image du Maroc en Espagne. En somme, cette enquête, au-delà des précieuses informations qu’elle contient, a le mérite d’accompagner le rapprochement politique amorcé par Rabat et Madrid.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *