L’homme de Ain-Sebaâ

A l’âge de soixante-dix ans, Abderrazak Afilal El-Alami Idrissi préside toujours aux destinées de l’Union générale des Travailleurs au Maroc (UGTM) et ceci depuis 44 ans. Tout près du record de longévité de son rival, Mahjoub Benseddik de l’UMT.
Cette figure légendaire des meeting et autres défilés du 1er mai, qui se succèdent et se ressemblent, n’a pas cessé durant toutes ces décennies de défendre, surtout dans les discours-fleuve la cause des travailleurs et de la classe ouvrière, ni de dénoncer la multiplication des scandales, de la gabegie et des détournements du bien public… est-il pour autant un parangon de la vertu? L’intéressé jure qu’il est intège. Titulaire d’une licence es-lettres, Afilal est membre du conseil confédéral de la Confédération internationale du Travail. Il siège depuis quelques mois au CCDH dans le groupe de travail « Protection des droits de l’Homme et examen des violations » aux côtés notamment de Assia Ouadie et de Mostapha Ramid.
Dans le domaine de la presse, M. Afilal a publié le journal « La Réforme » et « Le journal des Travailleurs » et il s’est plusieurs fois manifesté sur les colonnes des quotidiens « Al Alam » et « L’opinion ». Syndicaliste jusqu’au bout, Abderzak Afilal incarne corps et âme «son» syndicat, originellement crée, pour contrer l’hégémonie de l’UMT. Mais cet éternel militant a été aussi depuis longtemps lié à la gestion des affaires locales, particulièrement dans son carré doré, la commune de Aïn Sebaâ-Hay Mohammedi, l’une des plus riches communes du pays. Son implication dans l’action politique ne se limite pas à la chose locale.
Afilal a été encore une fois réélu aux dernières élections au Parlement dans lequel il siège en compagnie de sa femme, Mahjouba Zoubaïri, également députée ismaïlienne. Fabuleux destin de syndicaliste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *