Livres scolaires : Chers et de mauvaise qualité

Les résultats du sondage confirment l’impression générale : les livres scolaires sont trop chers au Maroc. 64% votants l’affirment, contre 21,9% qui les jugent chers. Seuls 14,1% estiment qu’ils sont abordables.
Les internautes, qui ont pris part à ce vote, sont au nombre de 333. Ils sont les porte-parole des centaines de milliers de familles, littéralement saignées par la charge des fournitures scolaires. Les parents ne comprennent pas le bien-fondé d’équiper leurs enfants de cartables qui dépassent parfois dix kilos. Conflit de générations ou incompréhension de la nouvelle pédagogie ? Toujours est-il qu’une mère ou un père ne saisissent pas l’intérêt de mettre dans le cartable d’un enfant qui fait son entrée à l’école tant de livres en une seule fois .
Un grand-père a réagi à la Une d’ALM (n° 722) intitulée : «École : Les parents saignés à blanc». Il a un petit-fils qui fait ses premiers pas dans l’école : CP. Il explique que ses parents ont déboursé 800 DH dans l’achat des fournitures. «Comment est-ce possible ? », s’interroge cet homme qui a été enseignant dans un lycée. Il ne comprend pas qu’un enfant, qui «bute encore contre les mots », puisse d’emblée faire son entrée à l’école avec 5 ou 6 livres. Il estime que cette masse de livres est «dissuasive» et arrange seulement les affaires des éditeurs de livres scolaires.
Autant la voix du grand-père s’attendrit lorsqu’il parle de l’argent que débourse le ménage de sa fille pour l’achat des livres, autant elle s’intensifie contre les faiseurs de livres pour enfants. «Dans leur précipitation à faire des affaires, ils sacrifient souvent la qualité des manuels », déclare le grand-père. Il cite des manuels de français «truffés de fautes d’orthographe et de grammaire ». «Comment veut-on qu’un enfant apprenne correctement une langue alors que le livre qui la lui dispense mérite une correction?» Si l’accusation contre le contenu des livres scolaires venait à se confirmer, non seulement la rentrée saignerait les parents, mais elle contrarierait les espérances qu’ils fondent sur leurs enfants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *