L’ONA prend le contrôle de Marjane et Acima après le rachat des parts d’Auchan

C’est officiel. Le holding ONA et le groupe français Auchan ont annoncé officiellement, jeudi 23 août, leur divorce. Dans un communiqué conjoint rendu public, le lendemain vendredi 24, les deux parties affirment avoir décidé «d’un commun accord de mettre fin à leur partenariat initié fin 2000 pour créer la chaîne de supermarchés Acima et développer le réseau d’hypermarchés Marjane».
Auchan a donc cédé à son associé l’ONA les 49% qu’il détenait dans la chaîne de supermarchés Acima et le réseau d’hypermarchés Marjane et l’ONA détient désormais la totalité du capital des deux sociétés.
Toutefois, les deux groupe, n’ont pas, pour le moment, mis fin à leur coopération. L’ONA et Auchan maintiendront en effet, pour les mois à venir, leur coopération en matière d’assistance et d’approvisionnement. «Les contrats d’assistance et sourcing seront honorés par Auchan pour les prochains mois», ont toutefois tenu à préciser les deux partenaires.
Cette cession a été réalisée «à un prix satisfaisant qui générerait une plus-value sur le compte d’Auchan en 2007», affirme une porte-parole du groupe français citée par la presse spécialisée. Et cela, sans pour autant préciser le montant de la transaction. Auchan a expliqué, précise les mêmes sources, que cette cession faisait suite au différend qui opposait le groupe français avec ONA, premier groupe privé du Maroc, depuis 2006.
Le conflit entre les deux associés remonte, rappelons-le, à mars 2006. À l’époque, lors d’un conseil de surveillance, ONA avait voté, à la majorité, et ce contre l’avis d’Auchan, une résolution prévoyant le passage de 2 à 3 le nombre des membres du directoire de Marjane et d’Acima, soit deux membres l’ONA et un d’Auchan, explique-t-on auprès de ce dernier.
Le désaccord avait fini devant une instance arbitrale qui avait donné raison, fin janvier 2007, à l’ONA. Depuis, les relations sont devenues de plus en plus tendues.
Selon les analystes de la place casablancaise, cette séparation était déjà prévisible avant même que n’éclate le différend. «Auchan et l’ONA ne partagent plus la même vision. Auchan a montré un intérêt particulier pour un développement en Europe et surtout en Europe de l’Est. Il se démarque ainsi de son partenaire adepte de l’accélération du rythme d’ouverture de nouvelles surfaces Marjane et Acima au Maroc», avait expliqué à ALM, une source proche du dossier.
Il n’en reste pas moins que «cet évènement devrait permettre à l’ONA de disposer de davantage de flexibilité quant à la détermination de sa stratégie à venir dans la grande distribution», avaient soutenu les analystes de BMCE Capital Bourse.
En effet, les différends portaient principalement sur le rythme de croissance du réseau de grande distribution à travers les  différentes villes du Royaume. L’ONA avait fait part de son ambition d’ouvrir un Marjane chaque trimestre et un Acima chaque mois. Ce qui ne correspondait pas forcément aux objectifs stratégiques de son partenaire français. La séparation était donc inéluctable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *