Louardi s attaque aux «charlatans» sur les chaînes radio

Louardi s attaque aux «charlatans»  sur les chaînes radio

Le ministre de la santé, Lhoussaine Louardi, déclare la guerre aux soi-disant médecins herboristes. Le ministre  a récemment adressé une lettre à la présidente de la Haute autorité de communication audiovisuelle (HACA), Amina Lemrini El Ouahabi, suite à la diffusion par certaines radios d’émissions, de santé animées par des personnes se faisant passer pour des médecins spécialisés en nutrition –diététique ou herboristes et qui prodiguent des traitements dont les effets thérapeutiques n’ont jamais été reconnus à l’échelle internationale et nationale.

«Nous avons constaté au ministère de la santé la diffusion par certaines radios nationales, notamment privées, d’émissions dites de «conseil pour la santé» et qui sont animées par des personnes se disant spécialisées soit en médecine ou en nutrition-diététique ou en herboristerie.

Ces émissions communiquent a leurs publics des informations sur des traitements de toutes natures, à base de produits végétaux ou minéraux… dont les effets thérapeutiques n’ont jamais été reconnus par les instances scientifiques et médicales à I’échelle internationale ou nationale», indique le ministre dans sa lettre.

Le principal danger provient principalement des produits conseillés qui sont très toxiques et peuvent constituer un véritable danger pour la santé des citoyens. «Dans plusieurs cas, certains  produits ont été déclarés de haute toxicité pour la santé des consommateurs et peuvent menacer la santé publique dans notre pays», signale le ministre. Suite à cette pratique illégale de la médecine qualifiée par M. Louardi de «charlatanisme sur des chaînes radio», Ie Centre antipoison et de pharmacovigilance a enregistré depuis plusieurs mois une augmentation des personnes intoxiquées  après avoir consommé les produits conseillés lors de ces émissions.

En se référant à l’article 2 de la loi 67-03 relative à la communication audiovisuelle, le ministre relève qu’il s’agit bel et bien de publicité interdite. Parmi celles interdites, le ministre rappelle que figurent celles comportant «des incitations à des comportements préjudiciables à la santé» ainsi que celles qui comportent des «indications mensongères sur la santé ou incitant à la pratique illégale de médecine ou de charlatanisme».

Devant la gravité de cette situation, le ministre appelle la HACA à mettre fin  à ces pratiques de communication audiovisuelle qui sont contraires aux lois et réglementations qui encadrent l’audiovisuel et qui vont à l’encontre de la réglementation relative à l’exercice de la médecine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *