Lutte contre la contrebande et le trafic illicite de produits stupéfiants

Lutte contre la contrebande et le trafic illicite  de produits stupéfiants

494 MDH de marchandises saisies
Durant l’année 2011, le nombre d’affaires de contrebande (détention sans justification des marchandises) s’est élevé à 5.192 avec une valeur des marchandises saisies (hors stupéfiant)  atteignant  les 223,6 MDH. Selon le rapport d’activité 2011, la valeur totale  des marchandises saisies (hors stupéfiant) s’est chiffrée à 494 MDH. Le rapport relève  que malgré une baisse de 9,1% des affaires constatées en 2011 par rapport à l’année 2010, la valeur des amendes encaissées a connu une augmentation sensible de 8,4% atteignant le montant de 320,9 MDH contre 296 MDH en 2010.

Plus de 21 tonnes de stupéfiants interceptées
Des saisies importantes  ont été réalisées en 2011 : plus de 21 tonnes de stupéfiants ont été interceptées. Ces saisies ont été réalisées grâce au recours au scanner et à la vigilance des douaniers qui a permis de déjouer des procédés de fraudes en perpétuelle évolution : drogues ingérées par des individus, produits stupéfiants dissimulés dans des cavités ou cachettes aménagées à l’intérieur de moyen de transport, à l’intérieur de contenants pour produits cosmétiques ou produits alimentaires…

Contrefaçon : 73 opérations d’importation de marchandises contrefaites détectées en 2011
Au total, 73 opérations d’importation de marchandises soupçonnées contrefaites (contre 35 en 2010) ont été  détectées en 2011, soit une évolution de 108 %. Le rapport note que 429 dossiers se rapportant à des demandes de suspension ont été instruits. Ces mesures ont concerné des marques nationales et internationales et ont porté sur divers produits (cosmétiques, appareillages électriques, maroquineries, vêtements et chaussures).
Rappelons que la  lutte contre la contrefaçon figure parmi les priorités de l’administration des douanes.  
Pour mener à bien sa mission, elle s’emploie à renforcer ses capacités par le recours à un système d’analyse de risque et de ciblage et de surveillance des opérations douteuses. Parmi les autres mesures figurent le renforcement de la coopération avec les ayants droit à travers l’échange d’informations et  l’organisation  de formation au profit des douaniers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *