Maroc : 4 régions créent 50% du PIB

Maroc : 4 régions créent 50% du PIB

Une valeur de 24,6 milliards de dirhams, tel est le montant de l’écart absolu entre le PIB des différentes régions marocaines et le PIB régional moyen. Cet écart s’est donc creusé de 7,7 milliards de dirhams par rapport au niveau observé en 2004 (16,9 milliards de dirhams). Ces chiffres dévoilés par le Haut-Commissariat au Plan dans ses derniers comptes régionaux arrêtés à fin 2011 démontrent en effet une évolution contrastée des 16 régions du Maroc. De ce total, sept régions ont affiché une croissance de leur PIB supérieure à la moyenne nationale en 2011. Le pic a été observé dans la région de Chaouia-Ouardigha dont le PIB a grimpé de 25,8%.

Suivie des régions du Sud qui ont enregistré une évolution de 10% de leur PIB contre des hausses de 8% pour le Doukkala-Abda, de 7,3% du Gharb-Chrarda-Béni Hssen, de 7,2% du Grand Casablanca et de 6% de Meknès-Tafilalet. En outre, le Sous-Massa Drâa et Tanger–Tétouan ont affiché pour leur part une variation inférieure à la moyenne nationale, soit une évolution de 3,9% pour chaque région. La région de Taza-Al Hoceima-Taounate a enregistré une légère hausse de son PIB, soit une croissance de 0,9% arrêtée à fin 2011. En revanche, les PIB du Marrakech-Tensift-Al Haouz et Fès Boulemane se sont détériorés de 2,8 et 2% pour la même période. Même constat pour l’Oriental et Rabat–Salé-Zemmour-Zaër dont le PIB a reculé de 1,4 et 0,3%.

En structurant le PIB par région, le Haut-Commissariat au Plan démontre dans son analyse que «4 régions sur 16 créent environ la moitié de la richesse nationale, soit 48,9% du PIB en valeur». A cet égard, le Grand Casablanca a contribué à hauteur de 19,8% contre une contribution de 12% pour la région de Rabat, de 8,8% pour la Chaouia et 8,3% pour Marrakech-Tensift-Al Haouz.

Tétouan, le Souss, Doukkala et Meknès y participent pour plus de 27,9 % du PIB national, contre une participation cumulée de 23,2 % pour l’Oriental, le Gharb, Fès, Taza, Tadla et les trois régions du Royaume. S’agissant de la consommation des ménages, les dépenses restent inégalitaires. Selon le Haut-Commissariat au Plan, l’écart absolu moyen a atteint 14 milliards DH en 2011 contre 12,8 milliards DH en 2010. Par répartition régionale, Casablanca arrive en tête des régions les plus consommatrices, soit 14,6% de la consommation finale.

La région de Tanger-Tétouan arrive en seconde position avec une part de 11,8% dépassant de peu la région de Rabat (11,1 %). La part de Marrakech-Tensift-Al-Haouz est de 10,3% de la consommation finale des ménages contre 8,6% enregistré au niveau du Souss-Massa-Drâa. «Ces cinq régions participent pour environ 67 % des dépenses de consommation finale», relève-t-on du Haut-Commissariat au Plan. Et d’ajouter que «les autres régions ont des contributions comprises entre 3,5% à Tadla-Azilal et 6,4% à l’Oriental».

En évaluant les dépenses par habitant, il ressort que sept régions affichent des niveaux de dépense par tête supérieurs à la moyenne nationale, soit une valeur de 14.667 DH en 2011. Ainsi, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër a dépensé en 2011 près de 20.058 dirhams contre 18.647 dirhams pour Tanger-Tétouan et 18.088 dirhams pour les régions du Sud. Les dépenses du Grand Casablanca s’élèvent, quant à elles, à 17.626 dirhams contre 15.148 dirhams pour l’Oriental, 14.932 pour Fès-Boulemane et 14.697 pour Marrakech-Tensift-Al Haouz.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *