Maroc-Egypte : la bataille agricole

Maroc-Egypte : la bataille agricole

Le 11 mai 2006, le président égyptien, Housni Moubarak sera au Maroc. A cette occasion, la Haute commission mixte des deux pays se réunira à Marrakech. A l’ordre du jour, les exonérations douanières restantes après l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre les deux pays. La partie marocaine a trois doléances. La première se rapporte à la suppression pure et simple des droits de douanes encore existants entre les deux pays. Ces droits de douane varient entre 17 et 25% selon les produits. Seconde doléance marocaine, l’élimination des listes négatives mises en place par la partie marocaine. Plusieurs produits sont concernés par ces listes. En premier lieu arrivent le textile, les voitures et les matériaux de construction, ciment notamment. Le troisième point sur l’agenda des responsables marocains, les produits agricoles et agro-industriels. «Il n’est pas question de toucher aux droits de douane appliqués à ces produits», martèle-t-on auprès du ministère du Commerce extérieur. Du côté des Egyptiens, l’examen de la modalité de réviser les taxes douanières sur les produits agricoles et agro-industriels est une nécessité dans le contexte de libre-échange dans lequel évoluent les deux pays. La partie égyptienne nuance cependant en insistant sur la nécessité de préserver les intérêts du secteur agricole dans les deux pays. En outre, les responsables égyptiens comptent appeler à l’annulation du double contrôle imposé aux produits agricoles et animaliers, puisque les deux pays ne reconnaissent pas le certificat de contrôle délivré par les parties compétentes dans chaque pays. Enfin, une proposition de suppression des visas d’entrée pour les citoyens des deux pays a été notée. L’objectif est d’encourager les investissements et le tourisme. La dynamisation des investissements entre les deux pays est également au rendez-vous. Marocains comme Egyptiens tendent à encourager le lancement de projets d’investissement conjoints dans certains domaines, tels les transports, les travaux publics et l’habitat. Comme prélude à cette rencontre au sommet, le Conseil d’affaires conjoint s’est réuni dimanche 7 mai approuvant plusieurs propositions, relatives notamment à la libéralisation et au développement du commerce et à la promotion des investissements entre le Maroc et l’Egypte. Ces lundi et mardi, c’est autour du comité de préparation de la commission mixte de se réunir à Rabat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *