Même douleur, même combat

«Toute personne a le droit à la vie. C’est une devise qui devrait être sacrée ». C’est en ces termes que Khadija Rouissi, militante des droits de l’Homme annonce sa position quant à l’initiative du CCDH d’examiner le dossier du nationaliste Abdelkader Barrada.
Mme Rouissi, est non seulement membre actif à la direction du Forum Justice et vérité, mais plus encore elle est la soeur d’une autre victime des années de plomb, Abdelhaq Rouissi, porté disparu, depuis les années soixante.
Il est, donc, tout à fait logique et normal pour cette femme de famille militante de ressentir une sorte de compassion et de solidarité à l’égard d’autres personnes qui ont vécu le drame de la disparition forcée.
Mais, comme bon nombre de militants dans le domaine des droits de l’Homme, elle privilégie le rétablissement de la vérité sur les drames du passé à toute sorte d’interprétations. Interprétation, en termes de dédommagement matériel soit elle ou par pure vengeance personnelle. Car, dans ce domaine, c’est l’intérêt du pays qui prime et ce sont les valeurs d’équité, de justice et de liberté qui doivent triompher.
Dans cette optique , elle estime qu’il est d’une importance capitale pour le Maroc d’aujourd’hui de se réconcilier avec son histoire. Mais, encore faut-il que la lumière soit jetée sur le passé. Sur les circonstances mystérieuses et douteuses dans lesquelles des militants, qui font la fierté du pays, ont été enlevés, déclarés portés disparus ou décédés.
Bien entendu, vu sous cet angle, tous les éléments à même de contribuer à cette action devraient être exploités.
Et de s’interroger sur les raisons qui ont amené la Justice à ignorer les pistes de recherches et d’investigations révélées par l’ancien agent des services, Ahmed Boukhari.
Et de s’interroger encore, comme le rapporte M. Boukhari, combien de crimes ont été commis par des agents d’autorités et attribués à la famille des nationalistes.
« La vérité ne doit en aucun cas déranger les esprits libre, particulièrement à moment où le pays veut s’acheminer vers une étape de réconciliation et de concorde nationales ».
Mais pour cela, il est impératif de rétablir les responsabilités, comme il est impératif pour la société civile d’adhérer à ce projet .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *