Mobilisation sur le terrain

Les deux campagnes de sensibilisation et de soins sur le cancer du sein, initiées par l’Association de lutte contre cette pathologie (AMLCS), se sont déroulées selon une procédure rigoureuse.
Les membres de l’association ont mis en place un certain «rituel» lors des opérations lancées à Safi et à Laâyoune. Dès leur arrivée, l’équipe s’entretient avec le staff médical présent sur place. Le deuxième contact consiste en une séance de d’information avec les femmes de la ville. Elle comprend des passages audiovisuels et des explications sur l’examen médical, puis les formules de prises en charges, le cas échéant. Sur le plan opérationnel, les médecins auscultent dans des loges aménagées à cet effet.
Au terme de cette étape, le professeur Raja Eghzadi Traki centralise les problèmes et organise la répartition des tâches. A partir du troisième jour, l’heure est aux interventions chirurgicales. Les journées démarrent à 8h15 au bloc opératoire. A Laâyoune, les biopsies sont effectuées à l’étage inférieur dans le même bâtiment, les résultats parvenaient au bout d’une dizaine de minutes. En revanche, lors de la campagne de Safi, un médecin effectuait le déplacement jusqu’à Marrakech et revenait avec les résultats des analyses. Les fins de journées se terminaient après une dernière tournée des médecins auprès des opérées de la matinée. La première opération de cette envergure a été lancée à Safi du 23 au 27 janvier 2002. En collaboration avec l’association «Hawd Assafi», la délégation du ministère de la santé à Safi et la wilaya de la région Doukkala-Abda, ont organisé des journées de dépistage et de soins médicaux en faveur de la communauté féminine démunie. Deux mois auparavant en collaboration avec les autorités locales de la ville, les démarches et la mise en place de la logistique ont été élaborées. Sur Safi, les consultations ont démarré avec l’auscultation de 330 femmes.
L’équipe des 14 médecins comprenait 4 médecins de l’association, 3 chirurgiens pratiquant à Safi et un médecin du secteur privé. Le reste des intervenants consistait en des personnes volontaires. La présidente de l’association, Pr Raja Eghzadi Traki, dans une première phase, a identifié 55 cas suspects, dont 22 ont été retenus. Quatorze de ces femmes sont passées sur la table d’opération.
Dès le premier soir, quatre femmes ont été opérées. Les examens des prélèvements se sont effectués à Marrakech gratuitement. Le lendemain, sept autres femmes ont subi des interventions. Et le dernier jour, ce fut encore le tour de trois femmes d’être confiées au Pr Eghzadi. Le même process a été retenu pour l’opération initiée à Laâyoune. En effet, la campagne de sensibilisation et de soins s’est déroulée entre le 1er et le 6 avril 2002. L’hôpital Hassan II a accueilli 20 médecins venant de la ville même, de celles de Marrakech, de Safi, de Taza, et de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *