Mohamed El Ouafa : «Le Baccalauréat marocain est respecté de par le monde»

Mohamed El Ouafa : «Le Baccalauréat marocain est respecté de par le monde»

ALM : Les examens du Baccalauréat qui auront lieu à partir du 12 juin seront les premiers à être organisés sous votre mandat. Comment envisagez-vous de vous démarquer à ce propos par rapport à vos prédécesseurs ?
Mohamed El Ouafa : L’épreuve du Baccalauréat est considérée comme une étape importante dans la vie des élèves du lycée. Aussi, le diplôme délivré à l’issue de cet examen constitue une grande importance dans la vie scolaire dans la mesure où il va permettre à nos jeunes d’entamer une nouvelle vie dans le cycle supérieur. Dès que j’ai été nommé à la tête de ce département, j’ai commencé à mener des réflexions et à tirer des conclusions à partir du déroulement de l’examen du Baccalauréat dans les années passées au Maroc. Je dirai aussi que le Baccalauréat marocain est respecté de par le monde. Je peux même en attester étant donné que j’ai été dans trois pays. Dès que les bacheliers marocains arrivent à ces pays, les autorités ne demandent pas des informations plus que le diplôme présenté par le jeune Marocain pour s’inscrire dans leurs universités respectives. Donc c’est un diplôme respecté dans le monde et par conséquent nous devons veiller à garder cette valeur. Je dirai même que le diplôme du Baccalauréat est l’équivalent de la monnaie scripturale qui représente un acte de souveraineté du pays. Donc, comme on ne peut pas toucher à l’argent d’un pays, il est également important de faire respecter nos diplômes. C’est pourquoi j’ai fait entrer une nouvelle garantie sur le certificat du Baccalauréat en mettant un papier aluminium qui va le sécuriser davantage comme cela se passe dans les pays respectés. Ce papier va lui permettre d’avoir une sécurité de manière qu’il serait difficile de le toucher ou le falsifier.

Vous avez récemment pris une mesure consacrée à la comptabilisation des notes obtenues dans les examens du Baccalauréat. Veuillez en expliquer les dessous ?  
J’ai constaté que, parfois, des élèves ont de bonnes notes soit à la première session, soit à la deuxième session et notamment dans les matières scientifiques. Alors j’ai considéré qu’il était illogique qu’on ne prenne pas en compte la meilleure note et principalement celle des matières scientifiques. Parce que l’avenir du pays dépend du nombre d’ingénieurs et nous avons un déficit énorme au niveau du nombre d’architectes et médecins, voire dans différents secteurs.

Quelles seront les mesures prises par votre département pour lutter contre la triche?  
D’après ce que j’ai constaté à partir des rapports établis sur le déroulement du Baccalauréat il y a eu des tentatives dans ce sens. Pour cette année, le gouvernement a pris une mesure importante lors de la réunion du Conseil de gouvernement jeudi dernier. Sur la base de cette mesure j’ai pris un arrêté ministériel qui a été publié dans le Bulletin officiel de cette semaine. Cet arrêté estime qu’il est interdit de ramener au centre d’examen les téléphones portables et la tablette Ipad, les ordinateurs ou les Ipod parce que les moyens de communication sont devenus très performants et par conséquent le fameux papier sous la manche de la chemise ne sert plus à rien. Donc nous avons interdit l’accès de ces moyens de communication au centre d’examen. Et si un contrevenant amène ces moyens de communication, il sera considéré comme un tricheur conformément à la loi qui lutte contre la triche dans les établissements publics et qui date déjà de 1958 et qu’on va revoir pour l’année prochaine parce que les moyens de tricherie ont évolué avec l’être humain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *