Mohamed Fizazi : «Le terrorisme n’est pas un produit local»

Mohamed Fizazi : «Le terrorisme n’est pas un produit local»


ALM : Que dites-vous à propos de la commémoration du 8ème anniversaire des attentats du 16 mai ?
Mohamed Fizazi : Cette commémoration nous rappelle des événements douloureux suite à des actes criminels ayant fait plusieurs morts et blessés. Ces incidents ont entraîné le Maroc dans un engrenage de sang. Je prie Le Tout-Puissant que ces événements ne se reproduisent jamais dans notre pays. Aussi, je saisis cette occasion pour présenter, encore un fois, mes sincères condoléances aux familles des victimes des attentats de Casablanca et celui de Marrakech. Il y a eu deux types de victimes dans ces attentats. Les victimes directes des attentats, notamment celles qui ont trouvé la mort, les blessés et leurs familles. Mais il y a aussi les victimes des procès expéditifs et non équitables. Je fais partie de cette deuxième catégorie.

Quels sont les défis auxquels fait face le Maroc huit ans après ces attentats ?
Dieu merci, le Maroc d’aujourd’hui diffère totalement du Maroc de 2003. L’attentat sanglant de Marrakech prouve ce constat. Après l’acte terroriste perpétré contre le café Argana, il n’a pas été procédé à des arrestations arbitraires et aveugles. Ce sont les fondements d’un Maroc nouveau qui s’installent. Malgré le fait que plusieurs personnes ont été tuées, que le café Argana a été complètement détruit et qu’il a été porté atteinte à la sécurité du pays et à son tourisme, il n’y a eu que quelques arrestations.

Quelle est, selon vous, la solution au dossier des détenus de la Salafiya Jihadia?
Le Roi a entamé le processus de réconciliation en procédant à la libération de plusieurs détenus dont moi-même. Je saisis cette occasion pour le remercier profondément du fait qu’il a mis fin à cette injustice. Ceci dit, plusieurs autres détenus sont toujours en prison et souffrent de cette situation. Je dis que la meilleure réponse aux personnes qui ont perpétré l’attentat terroriste de Marrakech est de poursuivre le processus de réforme et de libérer tous les détenus.

Qu’est-ce qui explique le fait que le Maroc est toujours visé par le terrorisme ?
Le Maroc ne peut pas être isolé de ce qui se passe autour de lui. Aujourd’hui, ce qui se passe en Orient a des répercussions directes sur l’Occident et vice versa. Le terrorisme n’est pas un produit local. Le terrorisme n’a pas de religion, ni de couleur ni de terre. Nous devons être vigilants et être unis pour contrecarrer les desseins des terroristes. Nous devons nous accrocher aux constantes de la Nation, notamment l’Islam, la monarchie et l’intégrité territoriale. Je ne dis pas qu’en faisant cela nous serons à l’abri du terrorisme, mais au moins il n’aura pas grand impact sur nous.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *