Mohamed Moubdie : Le découpage électoral est très important et sera donc prioritaire

Mohamed Moubdie : Le découpage électoral est très important  et sera donc prioritaire

ALM : Quels seront les projets de loi qui seront soumis au Parlement lors de la session parlementaire du printemps qui s’ouvre dans quelques jours ?
Mohamed Moubdie : Je pense que les projets de loi qui seront soumis aux deux Chambres du Parlement dépendront de l’agenda législatif élaboré par le gouvernement. On peut d’ailleurs se référer aux deux décrets sur la question pour y voir une idée plus claire. Bien évidemment, il est encore tôt pour fournir l’ordre chronologique selon lequel les projets de loi seront soumis au Parlement mais il devient important d’accélérer le rythme du travail législatif pour boucler notamment toutes les lois organiques prévues par la Constitution avant la fin de l’actuelle législature.

Y a-t-il des textes qui seront prioritaires selon vous?
Il va falloir accorder une importance particulière à tous les textes électoraux pour préparer bien évidemment les prochaines échéances électorales du pays. Le découpage électoral est aussi très important et sera donc prioritaire. Il faudra, en outre, démarrer le débat autour de la loi organique sur l’amazigh, ainsi que son application. Par ailleurs, le Parlement devra s’attaquer aux grandes réformes structurelles que ce soit la réforme des caisses de retraite ou de la Caisse de compensation. Je pense que nous devons prendre ces dossiers avec beaucoup plus de sérieux notamment la compensation car non seulement nous devons revoir le fonctionnement de cette caisse qui joue un rôle important mais nous devons en même temps lancer la réforme alors que nous sommes en pleine situation de crise. Les présidents des quatre groupes parlementaires de la majorité vont se réunir dans quelques jours pour en discuter.

Le rythme du travail législatif a été pointé du doigt au cours des dernières sessions parlementaires. Qu’en pensez vous ?
Nous faisons face à une vraie problématique au sein du Parlement. En effet, la présence de projets de loi du gouvernement et des propositions de loi émanant des groupes parlementaires sur les mêmes sujets posent problème. Il arrive que le gouvernement accuse un retard dans l’élaboration de certains textes. C’est ainsi que les groupes parlementaires prennent l’initiative de déposer des propositions de loi. Nous nous retrouvons devant un sérieux dilemme. Faut-il donc attendre le gouvernement ou privilégier les propositions des parlementaires ? Il va falloir trancher.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *