novembre 23, 2017

 

Mohammedia, ville menacée

Mohammedia . Cité des fleurs ou Deauville du Maroc. Mohammedia ville touristique par excellence. Une destination incontournable des visiteurs locaux et étrangers. Connue auparavant par ses belles et magnifiques plages. Elle est aujourd’hui sous l’emprise du mal du siècle : La pollution.
Située sur l’axe Casa rabat, la ville de Mohammedia héberge l’une des plus grandes zones industrielles du Royaume. Principale pollueur de la ville. Cette zone abrite trois grandes entités industrielles, à savoir la raffinerie SAMIR, la SNEP et la Centrale thermique .
Ces deux dernières unités installées juste à côté de la Samir forment un grand complexe industriel qui menace l’ensemble de l’environnement de la ville dont le centre située à 2 ou 3 Km. Parallèlement à ce développement, Mohammedia se trouve aujourd’hui sous l’effet d’une pollution multiforme et de plus en plus grave. Ces trois unités sont classées dans la catégorie des industries à forte pollution. Une étude sur l’épuration des eaux usées de la ville de Mohammedia fait état d’un constat alarmant. Ainsi, le degré de mercure atteint des taux alarmants: 235g/j pendant la période sèche et 635 g/j au cours de la période humide. Alors qu’on moyenne, il n’est que de 1g/j dans la zone éloignée de ce Pole industrielle.
Notons à ce propos que le mercure est un produit toxique qui a des effets néfaste sur les richesses maritimes de la région. Le même constat s’applique au Plomb qui atteint à son tour des proportions inquiétantes. Il est en effet de 2098 g/j au cours de la période sèche et de 11173g/j pendant la période humide uniquement dans la région où se trouvent ces trois entreprises. Alors que ce composant est évalué à seulement 6g/j durant la période humide et 10g/j pendant la période sèche dans les zones non polluées.
Devant l’ampleur d u problème, plusieurs associations oeuvrent pour attirer l’attention de l’administration et des industriels sur la gravité de ce problème. Dans ce contexte, une étude est en cours de réalisation par la délégation de la santé de la ville sous le thème Mohammedia air Pole. Les résultats de cette étude qui verra le jour dans trois mois feront l’objet d’une grande compagne de sensibilisation. Le problème de fond qui se pose est celui de la détermination des responsabilités de ces grandes entreprises envers la santé des populations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *