Mustapha El Khalfi : Un gâteau de 500 millions DH à partager…

Mustapha El Khalfi : Un gâteau de 500 millions DH à partager…

ALM : Pourquoi le ministère n’a-t-il pas prévu la possibilité de la reconduction des programmes pour éviter la rediffusion ?
Mustapha El Khalfi : Cette question rentre dans le cadre des prérogatives de la direction des deux sociétés. Elle la gère d’après les prérogatives qui lui sont reconnues par la loi et par les décisions des conseils d’administration. Je ne peux donc pas répondre à des questions qui entrent dans le cadre de la gestion ordinaire des institutions, car l’indépendance des médias publics est pour nous un acquis irréversible.

Qu’en est-il du problème financier de la SNRT et de la Soread 2M ?
Il y a un travail énorme qui se fait pour adopter un nouveau contrat-programme. Aussi, le conseil d’administration de la SNRT a approuvé une note d’orientation relative au nouveau contrat-programme. Aussi, la commission concernée par ce dossier est mobilisée pour le finaliser dans les plus brefs délais. A noter qu’un budget additionnel a été prévu dans le cadre de la loi de Finances 2013, tel que présenté devant les deux Chambres du Parlement lors de l’examen du budget sectoriel du ministère de la communication. En 2012, nous avons pu résoudre le problème financier de la Soread 2M en augmentant son capital, ce qui lui a permis de retrouver son équilibre financier, alors qu’elle était menacée de faillite, et ce dans le cadre d’engagements contractuels avec l’Etat concernant la bonne gouvernance financière, la rationalisation des dépenses et la mise en application des recommandations de l’Inspection générale des finances.

Des boîtes de production pointent du doigt une mauvaise gestion de la phase transitoire dans l’application du cahier des charges…  
Tout d’abord, il faut signaler que la SNRT et la Soread 2M ont pu respecter le délai de trois mois prévu dans les nouveaux cahiers des charges après leur publication au Bulletin officiel le 22 octobre 2012. Dans ce sens, le conseil d’administration de la SNRT, qui s’est tenu du 29 novembre au 9 janvier, a approuvé les cahiers des charges relatifs au recours à la production externe, comme il a approuvé, les 17 et 18 janvier, les membres de la commission de sélection des programmes propres à chaque société, et ce dans le cadre des dispositions relatives à l’indépendance des médias publics. Pour sa part, le conseil d’administration de la Soread 2M a approuvé lors de la session tenue les 17 et 18 janvier les cahiers des charges relatifs au recours à la production externe et sa commission de sélection des programmes.

Pour les producteurs, le manque d’une vision claire pour la gestion de la phase transitoire a aussi eu des effets sur les programmes de Ramadan…
Des appels d’offres ont été annoncés, la semaine dernière, pour ce qui est des émissions en prévision du mois de Ramadan. De plus, un site électronique a été mis en place pour recevoir les offres, dans le cadre de garanties concrètes de transparence, de suivi des offres, en plus de la motivation des décisions des commissions et leur publication. Et à cela s’ajoute la possibilité pour les sociétés de faire recours. Cette nouveauté constitue une révolution  réelle, dès qu’elle est en conformité avec les dispositions de la nouvelle Constitution, concernant les garanties de la concurrence libre et loyale, conformément à l’article 36 de la nouvelle Constitution. Désormais, des centaines de sociétés de l’audiovisuel auront la possibilité de se prêter à la concurrence libre et loyale dans un secteur d’un budget estimé à 500 millions DH de production externe en 2011 pour les deux sociétés. A cette occasion, je tiens à saluer l’ensemble des acteurs qui ont contribué à réaliser ce saut qualitatif dans l’histoire de l’audiovisuel public au Maroc. Il faut dire que le respect des délais, le lancement des appels d’offres et la garantie de la libre concurrence traduisent l’existence d’une vision claire. Une vision qui s’est traduite par des dispositions précises d’entrée en vigueur prévues dans les cahiers des charges techniques approuvés par les conseils d’administration de la SNRT et la Soread 2M, ce qui garantit la continuité des services prévue dans la Constitution. Et parallèlement à tout cela, il faut signaler qu’il y a un débat continu dans ce domaine avec les sociétés de production pour développer un partenariat public-privé.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *