Mustapha Naïmi : «L’Algérie craint de voir les choses tourner en faveur du Maroc»

ALM : Les autorités algériennes ont, encore une fois, interdit au chef du Polisario de rencontrer son père. Qu’en dites-vous?
Mustapha Naïmi : En fait, si cette information s’avère vraie, bien évidemment, nous dénonçons vigoureusement toute démarche des autorités algériennes consistant à empêcher des Sahraouis quelle qu’elle soit leur fonction de visiter les leurs, ne serait-ce que pour des raisons humanitaires. C’est clair et net. Normalement, le principe est d’accorder à n’importe quel homme politique la possibilité de se déplacer librement partout dans le monde. La démarche d’Alger s’explique par la crainte des autorités algériennes de voir les choses tourner en faveur du Maroc.

Pensez-vous que le Maroc pourrait accorder au chef du Polisario l’accès à son territoire pour rendre visite à son père?
Le Royaume accepterait de permettre à Mohamed Abdelaziz de rendre visite à son père malade sans aucun problème, et en lui assurant toutes les garanties de son retour à Tindouf sans aucune contrainte et sans pression de quelque nature que ce soit, car il s’agit avant tout d’une question humanitaire.

Certains analystes affirment que cette affaire prouve que le Polisario n’a jamais été libre de prendre librement ses décisions et que tout se cuisine à Alger. Quel commentaire en faites-vous?
Il va de soi que les autorités algériennes ont toujours exercé un contrôle total sur le front Polisario, et ce depuis le temps d’El Ouali qui lui aussi avait subi le poids de cette emprise. Maintenant ce qu’il faut faire pour permettre à Abdelaziz de rendre visite à son père est de commencer par sensibiliser l’opinion publique internationale d’une manière progressive et non brutale. Il s’agit d’une question des droits de l’Homme. En plus, il faut aussi agir d’une manière prudente dans cette affaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *