Mustapha Ramid : «SM le Roi a conforté la classe politique sur l’égalité entre les partis»

Mustapha Ramid : «SM le Roi a conforté la classe politique sur l’égalité entre les partis»

ALM : Quelles sont les priorités du PJD pour la nouvelle rentrée parlementaire ?
Mustapha Ramid : Lors de  notre dernier congrès national, nous avons fait de la démocratie le cheval de bataille du PJD. Notre parti s’est engagé à déployer toutes ses forces pour renforcer la démocratie surtout que nous enregistrons une régression sur plusieurs plans. Nous constatons aussi que la dilapidation de l’argent des contribuables, la corruption et le clientélisme rongent encore le corps de notre société. Le Maroc a également reculé du point de vue de la transparence. Notre objectif est de cerner les corrupteurs. Notre parti focalise l’attention également sur la justice sociale. La situation sociale ne fait qu’empirer. Le pauvre devient plus pauvre, et les riches s’enrichissent davantage. Nous étions les premiers à soulever la question de la classe moyenne, vu la déchirure sociale menaçant notre pays. Voici d’une manière globale des principaux points qui constituent notre souci majeur.

Les élections communales ont été au centre du discours royal à l’occasion de l’ouverture de la 2ème année législative. Que pensez-vous de l’appel royal pour baisser l’âge d’éligibilité de 23 à 21 ans ?
Le PJD avait soulevé cette question lors des discussions sur les législatives de 2001. Nous avions alors dit qu’il était impératif que l’âge des électeurs soit ramené à 21 ans. Mais la majorité avait rejeté cette proposition. Aujourd’hui, le discours royal vient confirmer la justesse de notre proposition. C’est un message symbolique adressé aux jeunes de la nation pour qu’ils s’impliquent davantage dans la vie politique de leur pays. Il faut qu’ils contribuent aux projets de développement et qu’ils sortent de leur passivité en participant massivement aux échéances prévues.

Le Souverain a également insisté sur l’égalité entre tous les partis politiques. Quelles conclusions en avez-vous tiré ?
Je déduis que les compagnons de M. Fouad Ali El Himma ont, d’une certaine manière, laissé entendre qu’ils sont teneurs d’un projet royal. Et c’est sur cette base que des notables, plusieurs hommes d’affaires et d’autres les ont rejoints. On craignait que la relation qu’entretient M. El Himma avec SM le Roi ne nuise à la marche normale de la vie politique nationale. SM le Roi vient, aujourd’hui, après un premier message lancé à l’occasion du discours du Trône, confirmer, encore une fois, que tous les partis politiques sont égaux. Par son discours à l’occasion de l’ouverture de la 2ème année législative, SM le Roi rejette l’exploitation de la proximité avec lui. Il a, ainsi, conforté la classe politique sur l’égalité entre les partis.

L’intérêt pour le renforcement du rôle de la femme en tant que candidate et élue a occupé une place majeure dans le discours royal. Quelle lecture en faites-vous ?
La femme doit prendre sa place naturelle dans les institutions de l’Etat. Sa présence dans ces institutions ne reflète pas la place qu’occupe la femme dans notre société. Malheureusement, on note un manque d’intérêt des femmes pour la participation à la vie politique. Le discours royal vient donc les encourager à participer à la gestion des affaires locales. Toutefois, SM le Roi n’a pas déterminé la manière avec laquelle ces femmes vont rejoindre la vie politique. Il a laissé la porte ouverte à toutes les éventualités et les propositions des partis. Au sein de notre formation politique, nous optons pour la voie de l’encouragement et nous considérons que le système de quota implique que des femmes participent à la vie politique sans une véritable connaissance à ce sujet. Pour ce, le PJD opte d’abord pour l’encouragement et ensuite pour un quota modéré pour que la participation des femmes ne soit pas uniquement à titre symbolique ou qu’elle se limite à des noms qui figurent sur des listes.

Le PJD ira-t-il seul aux élections 2009 ? Une alliance avec l’USFP est-elle à l’ordre du jour ?
Pour ce qui est des alliances, nous sommes pour des alliances naturelles. Aucune proposition ne nous a été  présentée. Mais, nous restons ouverts à toutes les propositions respectant le PJD. Les défis, lors des échéances de 2009, sont plutôt liés au développement et à la gestion locale. SM le Roi a d’ailleurs insisté sur cette question. Pour cette raison, nous accordons une liberté à nos candidats pour qu’ils collaborent avec ceux qui semblent remplir les conditions de transparence, de sérieux et d’honnêteté. Quant à la question d’une future alliance avec les gens de l’USFP, nous leur tendons la main et nous souhaitons collaborer avec eux pour le bien de notre pays. L’USFP se prépare actuellement à tenir le 2ème round de son congrès et nous n’avons pas encore reçu de réponse claire de la part des Usfpistes. Si notre alliance avec l’USFP voit le jour, elle sera une aubaine tant espérée. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *