Nabil Benabdellah et Hakim Benchemmas à couteaux tirés sur Médi1Tv

Nabil Benabdellah et Hakim Benchemmas à couteaux tirés sur Médi1Tv

L’animatrice de l’émission « Milaf Linnikach » (Un dossier à débattre) de Médi1 Tv ne s’attendait pas à ce que l’épisode d’hier mercredi 6 avril se termine avec un accrochage verbal entre deux de ses invités. Après avoir débattu pendant près d’une heure dans la sérénité sur les réformes constitutionnelles en cours, l’animatrice a donné la parole à ses trois invités pour un mot de conclusion. Sur le plateau, il y avait Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (MP), Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), et Hakim Benchemmas, chef du groupe parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM). Le premier, très consensuel comme d’habitude, conclut sur une note très positive. Le patron du PPS fait une excellente analyse, rapide mais précise, sur le rôle des médias dans cette phase que le Maroc traverse. Mais quand le chef de file des parlementaires du PAM prend la parole pour conclure, il attaque frontalement Nabil Benabdellah l’accusant de tenir un double discours, estimant que l’ancien et l’actuel ministres de la Communication, tous deux du PPS, n’ont rien fait pour moderniser le secteur de la presse. Benchemmas est allé jusqu’à qualifier le ministre Khalid Naciri de « menteur ». Des propos qui ont irrité Nabil Benabdellah qui, tout en rappelant le fait que c’est sous son mandat que le Maroc a connu la plus grande ouverture dans le domaine des médias, a dit au parlementaire du PAM que le ministre actuel n’a rien pu faire parce que le PAM est intervenu d’une manière directe dans le domaine en promettant un « livre blanc qui n’est jamais sorti ». M. Benabdellah rappelait ainsi à son interlocuteur les travaux du projet « médias et société » mené par Jamal Eddine Ennaji. Ce à quoi, M. Benchemmas répond : « La rue a dit à votre ministre et à ses médias publics de dégager ». Riposte immédiate de Nabil Benabdellah : « La rue a demandé à vos dirigeants de dégager ».

Sur ce, l’échange est devenu virulent entre les deux dirigeants politiques et le débat qui devait se terminer donnait l’impression d’avoir à peine commencé. Seul la montée du générique a pu mettre fin à un spectacle désolant mais très significatif puisqu’il révèle que l’abcès n’a pas encore été crevé et que la tension entre la classe politique et le PAM continue à être l’un des principaux freins à la normalisation de la vie politique marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *