« Nous adorons les Américains »

Aujourd’hui Le Maroc : Sommes-nous anti-américains ?
Rachid M’Rabet : Les Marocains ne sont pas du tout anti-américains. Les relations entre le Maroc et les Etats-Unis sont très anciennes et ont toujours été excellentes. Nous adorons les Américains et les Américains nous adorent.
Cet amour mutuel dont vous parlez n’est-il pas mis à l’épreuve à cause de la guerre que Washington veut mener absolument contre l’Irak ?
Je crois qu’il convient de nuancer les choses en faisant un distinguo net entre le peuple américain et la politique de l’administration américaine. Celle-ci doit respecter la légalité internationale incarnée par l’ONU. À partir delà, nous ne sommes pas hostiles au peuple américain parce que leur gouvernement compte en découdre avec l’Irak. Nous sommes contre la menace d’une agression contre un pays arabe que l’on veut absolument diaboliser et envahir pour des raisons inavouées sur la base de simples présomptions.
Le président Georges Bush est-il conscient ou victime de manipulation ?
Qu’on le veuille ou non, le président Bush a été élu démocratiquement par ses concitoyens. Partant de là, tout ce qu’il entreprend, il le fait au nom de son peuple. Ceci dit, le système politique américain n’est pas présidentiel en ce sens où le chef de l’État n’est pas le seul à décider. D’autres instances comme le Sénat ont leur mot à dire.
Mais le peuple américain, à l’image de tous les peuples du monde, a manifesté contre la guerre en Irak. Dans ce cas, le président Bush représente qui dans cette affaire?
Le président est dépositaire d’une légitimité démocratique et puis il y a une opinion nationale qui s’exprime sur tel ou tel sujet. Ce sont les règles du jeu. Libre au gouvernement américain de prendre en compte ou non l’humeur de sa rue. En allant contre la tendance générale dans son pays, il risque peut-être d’être sanctionné-comme le fut son père d’ailleurs -par les électeurs lors de la prochaine élection présidentielle.
En tant que Marocains, nous ne voulons pas que cette guerre ait lieu. Car ses conséquences sont très coûteuses sur tous les plans. Ce sera un désastre pour l’Irak et pour son peuple, un facteur supplémentaire de déstabilisation de la région. Les retombées sur le Maroc et son économie seront très négatives au moment où nous cherchons à asseoir notre développement sur des bases solides pour sortir du marasme économique et social.
Le gouvernement marocain a évité de s’exprimer sur la question. On dirait qu’il est gêné…Qu’en pensez-vous ?
Comme la plupart des gouvernements, le Maroc soutient la légalité internationale et en tant que pays arabo-musulman, il est aux côtés du peuple irakien frère. Ce soutien n’est pas un quitus pour le président irakien qui doit respecter les résolutions onusiennes.
Par ailleurs, la position de la France, dont le chef de l’État Chirac a retrouvé à l’occasion des accents gaulliens, est à saluer. Pourvu qu’un contre-pouvoir émerge face à la puissance américaine et que Paris ne fasse pas marche-arrière sous la pression.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *