Nouveau Code de la route : l’Etat encaisse 1,12 million DH d’amendes

Les infractions au Code de la route ont rapporté 1.129.325 dirhams aux caisses de l’Etat en une semaine. Depuis l’entrée en vigueur du nouveau Code de la route, ce sont près de 5.589 amendes qui ont été enregistrées à travers tout le Royaume du 4 au 10 octobre. En effet, selon un communiqué de presse de la direction générale de la Sûreté nationale, ce ne sont pas moins de 780 véhicules qui ont été astreints au dépôt en fourrière municipale et de 3.347 retraits de permis de conduire enregistrés par ses services. Aussi, le nouveau Code de la route ne va pas sans apporter des changements radicaux aux modes de circulation avec un total de 68 procédures techniques et administratives élaborées pour la mise en œuvre du Code de la route, dont la procédure de paiement des amendes consensuelles et forfaitaires, et de contentieux. Dans ce sens, le ministre de l’équipement et du Transport, Karim Ghellab, a mis l’accent sur l’importance particulière accordée à l’instauration de systèmes informatiques susceptibles de faciliter les procédures administratives pour les usagers de la route, et à l’utilisation des nouvelles technologies pour l’échange d’informations entre les administrations, afin d’assurer une application rapide et efficiente de ce code. Aussi, en matière de contrôle routier, il a évoqué, lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, la mise en place d’un système complémentaire de contrôle qui se caractérise par la transparence et l’efficience et permet d’accompagner la stratégie nationale de lutte contre les accidents de la circulation. Par ailleurs, le ministre a souligné que le respect de la charge légale par les transporteurs n’a qu’un impact minime sur le coût du transport, affirmant que cela ne justifie pas la flambée des produits de consommation enregistrée ces derniers jours. Aussi, l’augmentation est limitée en moyenne à 5,7 centimes le kg pour les camions de 40 tonnes et à près de 34 centimes pour ceux de 14 tonnes, alors que la hausse des prix des produits de consommation est de 2 à 3 dirhams le kilogramme, a précisé M.Ghellab. Les services compétents imputent ces augmentations à la spéculation et au stockage des produits, a-t-il noté, ajoutant que le nouveau Code de la route «n’a pas réduit le volume de la charge». Le ministre a rappelé que son département avait œuvré, de concert avec les professionnels, à trouver des solutions concernant la charge des camions de 8 tonnes, ce qui a permis la prise d’une série de mesures et de procédures de sorte à leur faciliter l’exercice de leurs activités dans le respect de la loi en vigueur. Il a également rappelé que les préparatifs de l’entrée en vigueur du nouveau Code de la route ont requis une mobilisation générale au niveau de l’administration afin de réunir les conditions favorables à sa mise en application optimale, conformément aux principes et objectifs fixés lors de son adoption.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *