Nouvel afflux de clandestins aux Canaries : 294 subsahariens interceptés mardi à Tenerife

Un total de 294 nouveaux clandestins subsahariens ont été interpellés, peu après leur arrivée, mardi-après-midi, à bord de trois pirogues sur les côtes de l’île de Tenerife.
La première embarcation, qui a été localisée à quelques milles de "Las Galletas" (sud), est arrivée vers 15h00 au port de "Los Cristianos", une station touristique située dans la commune d’Arona, au sud de Tenerife, avec à son bord un total de 96 clandestins parmi lesquels figurent des mineurs, selon des sources de la délégation du Gouvernement à Las Palmas.
Les deux autres embarcations, transportant respectivement 113 et 85 personnes, tous originaires de l’Afrique subsaharienne, sont arrivées simultanément, vers 18h00, au port de "Los Cristianos".
Le premier "Cayuco" a été localisé à 9 milles de Los Cristianos par le bateau "Bonanza Express" et remorqué par la suite au port canarien par le bateau "Salvamar Alpheraz" de Sauvetage maritime et par le patrouilleur "Rio Gallo", ont rapporté des médias locaux.

L’autre embarcation a été aperçue à quelque deux milles d’"El Fraile", au sud de Tenerife et a été escortée ensuite par le bateau "Alphard" au port de "Los Cristianos".
Ces nouveaux clandestins s’ajoutent aux 736 immigrants interceptés à bord de neuf pirogues de pêcheurs ce week-end sur les côtes de l’archipel espagnol.
Face à cet afflux massif, le président du Gouvernement des Iles Canaries, M. Adan Martin Menis, avait demandé, lundi, au Gouvernement espagnol de transférer directement vers la Péninsule les immigrants irréguliers arrivés aux îles Canaries, en raison de "la situation difficile" des centres de détention dans l’archipel canarien.

Le chef de l’Exécutif autonome a, d’autre part, plaidé pour l’établissement d’un système maritime et aérien de contrôle dans la limite des eaux territoriales du Sénégal en vue de refouler les immigrants à leurs points de départ, et aussi pour le transfert de personnes arrivées de manière irrégulière aux îles Canaries avant qu’elles n’accomplissent la période de 40 jours prévue par la loi espagnole.

Selon les dernières statistiques fournies par les autorités locales, plus de 10.500 clandestins africains sont arrivés aux Iles Canaries depuis le début du mois d’août, ce qui porte à plus de 24.000 le total d’immigrés ayant pu gagner les côtes de l’archipel espagnol.
Depuis le début de l’année et jusqu’à la journée de lundi, quelque 24.467 clandestins, dont 502 des mineurs, sont entrés par voie de mer à l’archipel, soit plus de quatre fois qu’en 2005 et plus de deux fois le record de 2002 (un total de 9929 clandestins), selon des statistiques de la Délégation du gouvernement à Las Palmas.

Selon la même source, quelque 7.445 clandestins se trouvent hébergés actuellement dans des Centres d’accueil installés en Grande Canarie, Tenerife et à Furteventura et 1.838 autres sont placés provisoirement dans des locaux de la police, au sud de Ténérife, en prévision de leur transfert à un centre de détention des étrangers en situation irrégulière.
A souligner qu’après la période de quarante (40) jours de détention dans les centres d’accueil, prévue par la loi espagnole, les immigrants irréguliers, dont l’identité ou la nationalité n’ont pu être déterminées, sont transférés vers la Péninsule, où ils seront relâchés dans les rues, après leur remise par les autorités d’un ordre d’expulsion du territoire espagnol.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *