Nouvelle architecture

Le ministre a tenu à faire un tour d’horizon sur la situation de l’Enseignement supérieur, en liaison avec la prochaine application de la réforme de l’université. Cette dernière sera appliquée à partir de la rentrée universitaire 2003-2004. M. Alioua en a présenté les grandes lignes et la philosophie qui l’a engendrée.
Sur la base de constats pertinents, des solutions appropriées ont été adoptées. Entre autres chiffres révélateurs du malaise et de l’inefficacité du système universitaire, le fait que seuls 10% des étudiants décrochent, sans écueil, une licence en quatre ans. 45% quittent les amphithéâtres sans diplôme ni aucune possibilité de retour. Pour l’obtention d’une licence (4 années après le baccalauréat), l’étudiant marocain passe, en moyenne, 9 ans ! C’est dire le gâchis causé, tant pour l’étudiant que pour l’Etat. M. Alioua a l’ambition de réduire de la durée moyenne d’obtention d’une licence à cinq ans.
L’Etat en tirerait un énorme bénéfice : près de 13 milliards de centimes en une année pour le passage d’une moyenne de neuf années à huit. Cette somme, rajoutée à d’autres qu’engendrerait une réduction plus sensible, pourra être exploitée dans l’amélioration «des conditions d’études et des méthodes pédagogiques ainsi que l’environnement de travail des étudiants et de la recherche scientifique». C’est la raison qui a poussé les promoteurs de la Charte de formation et d’éducation à retenir «une autre architecture» et «une nouvelle approche». Trois niveaux vont, à partir de juin prochain, caractériser les diplômes : la licence, le master et le doctorat d’Etat, respectivement 3, 5 et 8 années d’études après le Bac.
La nouveauté consiste aussi en l’introduction du système des UV (unités de valeur). Un système de crédits qui permettra aux recalés de garder l’acquis des matières réussies et de ne repasser que celles ils ont échoué. C’est tout l’ancien système qui est à revoir. Le ministre a plaidé pour «la nécessité d’en faire un système ouvert et plus démocratique et d’engager de pair l’effort éducatif et celui en matière de formation, avec des contenus efficients à même d’améliorer les conditions d’intégration des lauréats dans la vie active ».
L’essentiel est « d’adapter la formation aux besoins du marché de l’emploi». Ce sont les objectifs de l’université «nouvelle». Les maux essentiels de cette dernière sont qu’elle «est restée figée, sclérosée et manquait de dynamisme». Une sorte de construction inamovible qui fabrique et cache les chômeurs. Aujourd’hui elle «n’est plus conçue comme moyen d’exclure la grande majorité. Mais en tant que cadre flexible ». Autrement dit, des passerelles, entre diverses branches d’études seront installées de sorte à permettre des reconversions.
Des «possibilités pour changer de branche et de spécialité sont de nature à épargner à l’Etat d’importantes sommes d’argent et permettraient aux étudiants d’éviter les échecs et de réduire les sureffectifs à l’université» seront instaurées. Aussi, l’étudiant marocain pourra reprendre ses études après toute interruption.
Le contenu de l’enseignement supérieur et son adéquation avec l’emploi sont des soucis majeurs pour le pays. Une fois le contenant cerné, la seconde étape concernera le contenu. Déjà des réunions préliminaires se tiennent. L’objectif est de parvenir à «sélectionner », par branche et discipline la nature et les chapitres des matières à enseigner. Pour le ministre, le problème du «doctorat français» n’a pas lieu d’être posé. Il n’est pas l’équivalent du doctorat d’Etat. Concernant la situation des enseignants-chercheurs, Khalid Alioua a reconnu la nécessité d’améliorer leur situation matérielle. Les primes promises par son prédécesseur «ne m’engagent pas» estime le ministre, tout en promettant une «solution» après une consultation avec ses pairs du gouvernement. Cependant, le ministre fait une nette distinction entre les indemnités et le statut de l’enseignant chercheur. Seule «la transparence et le mérite comptent». Tant de choses à éclaircir face aux résistances et aux tentations de conforter les acquis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *