Osman : « Les arabes doivent faire leur Intifada »

Osman : « Les arabes doivent faire leur Intifada »

ALM : Pensez-vous que la visite de SM Mohammed VI en Algérie, à l’occasion du Sommet arabe, apportera un nouveau souffle aux relations entre Alger et Rabat?
Ahmed Osman : Tout le monde au Maroc espère que cette visite fera date et qu’elle amorcera un nouveau tournant dans les relations entre notre pays et l’Algérie. SM Mohammed VI a déjà pris d’énormes initiatives très louables à l’égard de l’Algérie. Je citerai l’exemple des frontières. Le Souverain a clairement manifesté son souhait de voir les frontières entre les deux pays réouvertes. J’espère que le pouvoir algérien sera sensible à ces gestes de bonne volonté de la part du Maroc. Et ce pour le bien des deux peuples. Rappelez-vous lorsque les frontières étaient ouvertes, pas moins de 10.000 citoyens Algériens se rendaient au Maroc quotidiennement. Ils allaient à Saïdia ou Nador et repartaient chez eux le même jour. C’était un modèle d’intégration et de complémentarité maghrébine.

Comment voyez-vous l’avenir de l’UMA?
En toute franchise, l’avenir de l’UMA est lié au règlement de
tous les problèmes entre les Etats membres et plus particulièrement ceux liés à l’intégrité territoriale. Il faut le faire au plus vite, afin de favoriser l’avènement dans la région, s’étendant jusqu’à l’Egypte, de cette Union seule capable d’aider ses membres dans leur développement et de renforcer leurs relations de partenariat avec les grands ensembles économiques. Je suis pour une liberté de circulation des personnes et des biens. L’avenir de la région est lié à une vision clairvoyante prenant en considération, avant tout, les intérêts des peuples.
Cette Union maghrébine va également profiter à l’Europe qui a besoin d’un partenaire fort au sud de la Méditerranée. Cet ensemble servira aussi de trait d’union avec les pays du Sahel et du sud du Sahara.

Avez-vous l’impression que le Sommet d’Alger apportera du nouveau en matière de démocratisation du monde arabe?
En fait, j’ai l’impression que le monde musulman, en général, et le monde arabe, en particulier, attendent toujours que les décisions viennent de l’extérieur, d’Europe ou d’Amérique. Or, tout changement doit émaner de l’intérieur même des Etats. Il y va de la crédibilité des régimes en place. La crédibilité est une notion très importante à mes yeux. Car, comme vous le savez, un partenaire solide dans le domaine politique ou économique est celui qui inspire confiance, qui est crédible. En somme, le monde arabe doit réaliser son Intifada.

Comment peut-on faire l’Intifada du monde arabe, alors que bon nombre de Chefs d’Etat s’étripent et boycottent le Sommet d’Alger?
Il est grand temps que ces problèmes soient complètement dépassés.
A ce titre, je pense que le Maroc peut jouer un rôle important dans l’apaisement des conflits entre Etats arabes. Feu Hassan II et aujourd’hui SM Mohammed VI n’ont cessé de prendre des initiatives très positives allant dans ce sens.
L’affaire palestinienne est-elle, selon vous, un prétexte pour freiner les réformes politiques dans le monde arabe?
Tout le monde est unanime pour dire que la paix entre Palestiniens et Israéliens est à même de contribuer à la stabilité au Moyen-Orient et de façon générale dans le monde.
Ceci dit, je crois que le conflit palestino-israélien trouvera sa solution grâce à des négociations entre les parties et non à la violence ni à contre-violence. L’histoire retiendra que le Maroc, qui a abrité le Sommet arabe de 1974 qui a reconnu l’OLP comme l’unique représentant du peuple palestinien, a encouragé les Palestiniens et les Israéliens à opter pour la paix et la négociation. Des rencontres ont même eu lieu sur notre propre sol entre les dirigeants palestiniens et israéliens, et ce avant les accords de camp David entre l’Egypte et Israël.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *