Où sortir sans casser la tirelire

Où sortir sans casser la tirelire

Où emmener votre douce moitié pour un dîner du 8 mars ?  L’idéal est d’arriver à plaire à Madame ou à l’invitée du jour sans avoir l’air de “débusquer“ des économies sur la carte des menus. Les choix sont nombreux et variés. Les amateurs de pub pourront se retrouver dans le nouveau club Jazzy du restaurant Plazza (ex-Crown Plazza, sur ke boulevard Zerktouni), nouvellement ouvert avec un décors-riche et sous l’animation d’un groupe américain. Accueil distingué avec des roses pour les dames et une courbette supplémentaire pour messieurs. L’endroit qui a ouvert le 14 février s’est taillé une place sur mesure dans un voisinage qui, il faut le dire, n’était pas gâté par les   dieux de la gastronomie.
Si vous êtes à l’Etoile d’Anfa par exemple, adresse située dans le “triangle d’or“ de Casablanca, vous avez à choisir entre un menu tapas à 150 dirhams avec une coupe champagne ou un menu gastronmique à 250 dirhams assortis des mêmes conditions. Côté musique, ce sera celles des Gnawas, du jazz-fusion et des “Chikhates“ comme invitées spéciales.  C’est encore la femme qui a l’honneur ce jeudi au Mystic Garden (Aïn Diab) avec un spectacle de flamenco où les danseurs espagnols rivaliseront d’adresse. Le restaurant offre du rouge à chaque femme. A noter qu’ici le menu est à la carte. Dans le centre ville, la Bodéga, adresse sûre, est toujours là avec son répertoire latino et ses “plancha“ à 150 dirhams. Plusieurs options au menu. Pour les amateurs de spectacle, l’hôtel Toubkal propose une animation ukrainienne dans sa boîte de nuit branchée, le Consul. Attention à ne pas trop forcer sur la dose si vous avez un rendez-vous d’affaires à huit heures sonnantes le vendredi !
Loin de Casablanca, Marrakech est aussi prise par cette fièvre d’hommage à la femme. Même si le Pacha, «la plus grande boîte de nuit d’Afrique», à en croire les brochures de la ville ocre, n’a pas marqué l’évènement.
A Tanger aussi, on croit à la femme. La preuve, une rose offerte à chaque femme qui entre au Movenpick Tanger Malabata en fin d’après midi. Cet établissement sera le siège d’une rencontre entre le wali Mohammed Hassad et les membres de l’AFEM, pendante féminine de la CGEM.
A Rabat, le Mercure  Shéhérazade propose pour marquer l’évènement une grande soirée marocaine sur la terrasse du Kangourou Gril décorée d’une “tafricha beldia“ et où sera servi un dîner traditionnel gastronomique. L’établissement mettra à l’honneur Latifa El Fassi, Sayyida Leïla, Badia Rayane, visages et voix qui ont accompagné plusieurs générations de téléspectateurs, au travers de programmes et d’émissions à la fois populaires, divertissants et modernes. Le défilé «Mille et une perles» mis en scène par la grande couturière Najat Zizi sera le clou de la soirée…
Pour sa part, Agadir semble snober un peu la fête de la femme, à l’exception de l’hôtel Sofitel, qui a résolument pris une option sur l’animation et les fêtes. A l’inverse de la Saint-Valentin, les magasins de mode sont restés très sobres. D’où l’absence de promotion spéciales 8 mars, au grand bonheur des Messieurs calculateurs, qui savent que les vacances scolaires, occasion de nouvelles dépenses, les attendent au tournant.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *