Pas de démocratie sans solidarité sociale

Elargissement des espaces des libertés par l’installation du nouveau Conseil consultatif des droits de l’Homme et du Diwan Al Madalim, réforme de la justice, promotion de la condition de la femme, nouveau code de statut personnel (Moudawana), poursuite de la réforme de l’éducation, l’installation de l’institut royal de la culture amazighe, adoption de programmes intégrés aux personnes handicapées, intérêt aux Marocains résidant à l’étranger et consolidation de la régionalisation. Autant de chantiers qui répondent aux préoccupations du Maroc moderne et qui ont fait les points nodaux du discours du Tône de cette année.
«La compétition démocratique est, certes, nécessaire, annonce SM Mohammed VI, avant de reprendre qu’elle «s’arrête toutefois là où l’exige l’intérêt supérieur de la nation. C’est pourquoi, dit-il et, «c’est dans ce contexte que nous comptons procéder, dans les semaines à venir, si dieu le veut, à l’installation du nouveau Conseil consultatif des droits de l’Homme et du «Diwan Al Madhalim». Bien entendu, de tels projets se doivent d’être soutenus par la réforme de la justice, laquelle «constitue, à cet égard, un pilier fondamental, crée, en outre, un climat de confiance qui est le meilleur facteur d’incitation à l’investissement. Aussi, dans le cadre de la poursuite de la modernité du pays, l’intérêt royal « s’est porté également, et de façon particulière, sur la question de la promotion de la condition de la femme, dans les différents domaines de gestion de la chose publique. A cet égard, annonce -t-il, «nous avons fixé un délai, ne dépassant pas la fin de l’année en cours, à la commission chargée de faire des propositions pour un nouveau code du statut personnel (Moudawana), pour qu’elle soumette un projet prenant en compte les finalités de notre Chariâ tolérante et généreuse, ainsi que nos engagements internationaux en la matière. Et comme «notre démocratie restera fragile, tant qu’elle ne sera pas confortée par le développement économique et par la solidarité sociale», le Souverain a mis l’accent sur la réforme du système éducatif. «L’élargissement de la culture de citoyenneté étant tributaire de l’éradication de l’analphabétisme, déclare-t-il, nous entendons revoir les échéances prévues pour extirper ce fléau».
Après avoir rappelé les raisons de l’installation de l’Institut royal de la culture amazighe, il a insisté sur la nécessité de veiller, «encore et toujours, à faire prévaloir l’esprit de tolérance et d’ouverture entre les cultures et les civilisations, qu’elles soient locales ou mondiales», et aussi de « nous prémunir de toutes les formes d’extrémisme et d’intégrisme.
Dans le cadre de la mise à niveau des ressources humaines , il a réaffirmé « l’intérêt particulier que nous portons aux personnes handicapées et qui se traduit par l’adoption de programmes intégrés leur permettant de s’insérer parfaitement dans la vie publique, en leur assurant une formation adaptée, et en leur garantissant les moyens de mener une vie décente. Par ailleurs, S.M. le Roi a affirmé Sa «ferme volonté de veiller» à ce que les Marocains résidant à l’étranger «tiennent la place de choix qui leur revient et jouent un rôle actif et efficace dans tous les domaines de la vie nationale».
Enfin, une autre préoccupation de taille : «S’il est des régions qui focalisent notre attention, et qui incarnent notre choix stratégique de faire de la région un espace propice pour l’investissement, ce sont bien nos provinces du nord et du sud, dont nous entendons faire un modèle de développement régional intégré ».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *