Peu de place pour les petits

Petits partis, petits scores. Tel est le constat qui ressort de la simple lecture des différents résultats des élections communales du 12 septembre dernier. Si les grandes formations, à l’image de l’Istiqlal et de l’USFP, se sont taillées la plus grande part du gâteau avec respectivement 3890 et 3373 sièges, représentant 16,96 et 14,70 % du nombre total des sièges, les petites compostions politiques, elles, ont dû se contenter du peu qui est resté. A commencer par le Parti Al Ahd, qui s’est vu adjuger 437 sièges et du Parti de la Gauche socialiste Unifiée, qui a dû se limiter à 330 sièges . Le parti de Bensaïd Aït Idder a représenté 1,32% du total des sièges avec un nombre de voix de l’ordre de 108.628. Un chiffre qui n’a pas dépassé les 95.717 pour le Mouvement démocratique et social d’Archane, avec 301 sièges à la solde. Il est suivi du Parti de la Réforme et du développement de Abderrahmane El Kohen et du Congrès national Ittihadi de Abdelmajid Bouzoubaâ avec respectivement 253 et 240 sièges représentant 1,10 et 1,5 % du total. Le Parti de l’Environnement et du développement et le Parti du renouveau et de l’équité sont passés en dessous du taux de 1% des sièges. Si le parti de Ahmed El Alami a eu 168 sièges, celui de Chakir Achehbar n’a eu que 125 sièges. Le Parti Marocain libéral, quant à lui, en a eu 114. La formation du fameux Mohamed Ziane a obtenu 48.363 voix, suivie des Sans appartenance politiques qui ont eu 109 sièges. Le Parti Démocratique et de l’Indépendance a eu pour sa part 45.009 voix et 96 sièges, suivi du Parti de l’Initiative citoyenne et du développement qui a obtenu, en ex-aequo avec le Parti des Forces citoyennes, 71 sièges, représentant chacun 0,31 du total des sièges. En bas de la liste figurent le Parti du Centre social (67 sièges) et le Parti de l’Action (43 sièges). Tous les partis précités réunis ont décroché 2425 sièges au total. Tous ont eu moins de voix, et donc de sièges que les trois premiers partis. L’Istiqlal se place en grand vainqueur, suivi de l’USFP et du RNI ainsi que du Mouvement Populaire. De quoi dire que la seule surprise qui aura marqué ces élections aura été l’absence de surprises. Le positionnement du PJD quant à lui, restrictif mais efficace, leur a permis de rester présents en plein milieu de l’échiquier politique national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *