Plus de 10.000 candidats à l’émigration vers les Canaries en Mauritanie

"Il s’agit d’une évaluation, ils sont peut-être 15.000 ou 20.000, c’est très difficile à dénombrer précisément", a dit à l’AFP le préfet des Canaries, José Segura, se basant sur un rapport de la police espagnole.  Ce rapport, cité mercredi par le quotidien espagnol El Pais, fait état d’au moins 45 organisations de passeurs qui se chargent du trafic d’émigrants vers les Canaries, moyennant 1.000 euros par personne.
Le renforcement des contrôles policiers dans le détroit de Gibraltar, dans le nord du Maroc et le nord de l’archipel des Canaries, a poussé les mafias à mettre en place de nouvelles routes d’accès, partant de points situés plus au sud et visant des îles canariennes plus lointaines.
Une cinquantaine d’émigrants sont morts noyés ces derniers jours dans ces traversées, beaucoup plus longues et périlleuses.
Les candidats à l’émigration sont actuellement massés dans 15 campements situés sur le littoral entre le Sahara marocain et la Mauritanie, selon la police espagnole.
Les deux principaux points de concentration se trouvent dans ce pays, essentiellement à Nouadhibou mais aussi à Zouerate.
Au Sahara marocain, les émigrants se trouvent à Tichla, Aembeda, Bir Nazaran, l’oued Lakraa, Boucraa, Smara, Foumeloua, Daora et Laâyoune. Dans cette dernière localité, ils s’abritent dans des grottes d’une capacité de 300 personnes.  D’autres campements importants se trouvent à Hagounia, Tah, Boujdour et Dajla.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *